Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La rentrée retentissante d'Alain Juppé

dimanche 3 janvier 2016 à 20:37 Par Gil Rebecca, France Bleu Gironde

Alors que sa candidature aux présidentielles a le vent en poupe - 56% des français souhaitent qu'il se présente en 2017 selon un sondage Odoxa - il revient pied au plancher en 2016 en vue des prochaines primaires chez les Républicains.

Alain Juppé
Alain Juppé © Radio France

Bordeaux, France

Alain Juppé est populaire dans les sondages, il en profite pour avancer ses pions. Il fait une sortie remarquée avec une longue interview dans le JDD, tout en profitant pour glisser les quelques propositions détaillées dans son livre, "l'Etat fort" qui sort mercredi 6 janvier. 

La déchéance de nationalité, "mesure inutile"

Il commence par un sujet qui agite en ce moment la classe politique, la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français condamnés pour terrorisme. "Mesure inutile, dont l'efficacité sera faible, voire nulle" selon lui. Un coup politique de François Hollande pour semer de la confusion dans le débat.

Virage à droite

Alain Juppé tient avant tout à le rappeler à ses adversaires, il est bien un homme de droite. Il s'affirme par ses propositions notamment en matière de sécurité, de laïcité ou encore d'immigration. Une manière de répondre aux critiques de son camp pour sa naïveté sur ces questions. Il prône par exemple l'instauration d'un délit d'entrave à la laïcité dans les services publics ou encore le durcissement du regroupement familial.

Il se démarque de son rival, Nicolas Sarkozy en soutenant notamment l'exécutif sur l'état d'urgence et sa prolongation. "La première des libertés, c'est de continuer à vivre, et pas de se faire massacrer au Bataclan" affirme-t-il. Il refuse par ailleurs que toutes les personnes figurant sur le fichier S soient placées en résidence surveillée,  ce que propose Nicolas Sarkozy.

Pour autant, il n'oublie pas d'où il vient. Il sera d'ailleurs de retour sur le terrain local à Bordeaux ce vendredi pour ses voeux.