Politique

La vague bleue n'épargne pas la Somme

Par Eric Turpin, France Bleu Picardie lundi 31 mars 2014 à 11:00

Brigitte Fouré au lendemain de sa victoire aux élections municipales à Amiens
Brigitte Fouré au lendemain de sa victoire aux élections municipales à Amiens © Radio France

À l’exception d’Abbeville et Roye, la gauche perd les villes les plus importantes du département à l’issue des élections municipales. Après Montdidier dimanche dernier, Amiens et Péronne basculent à droite.

La droite a repris dimanche à la gauche la mairie d'Amiens. Brigitte Fouré, tête de liste UMP-UDI-Modem a remporté une large victoire à Amiens. Elle a rassemblé 50,39% des voix, loin devant le socialiste Thierry Bonté (33,80%) et Yves Dupille, le candidat du Front National (15,80%).

Brigitte Fouré prend à nouveau les rennes de la capitale picarde, qu’elle a tenu de 2002 à 2007 en remplacement de Gilles de Robien, alors ministre. Elle succède au socialiste Gilles Demailly, qui ne se représentait pas.

Le reportage de Camille Labrousse avec les militants de Brigitte Fouré

Thierry Bonté qui briguait sa succession s’attendait à la défaite, compte tenu de l’écart avec sa rivale de droite au premier tour. Mais pas un écart aussi important au second tour. Il y voit un effet clair du rejet de la politique menée par le gouvernement et François Hollande.

"L'enjeu national a pesé sur le résultat" - Thierry Bonté

La victoire serrée à Péronne

Ca bascule aussi à Péronne où la maire socialiste sortante Valérie Kumm, avec 45% des voix, est arrivée derrière la centriste Thérèse Dheygers (46,74%). Seulement 63 voix séparent les deux femmes. Le candidat du Front National, Mathieu Huguet a obtenu de son côté 8,25%, soit 6 points de moins qu’au premier tour. Une partie des électeurs qui ont voté FN au premier tour se sont donc reportés sur Thérèse Dheygers.

Le reportage à Péronne de Olivier Estran

La ville de Roisel, qui était à gauche depuis 25 ans, bascule à droite suite à la victoire de Philippe Vassant avec 44,06% des voix. Il avait un boulevard devant lui avec la présence de trois conseillers municipaux sortants qui n’ont pas fusionné entre les deux tours. Ce qui aurait permis une victoire de la gauche puisque les trois candidats totalisaient 56% au premier tour.

Jean Paul Lecomte est le nouveau maire de Cayeux-sur-Mer. Il est arrivé largement en tête du second tour avec 46,96% des voix contre 29,90% à David Robart et 12,07% au divers gauche Serge Vauley Jean-Paul Lecomte succède à Bernard Blouin qui ne se représentait pas dans cette station balnéaire de 2680 habitants qui souffre de l’érosion du littoral.

De justesse à Doullens et Longueau

A Doullens, Christian Vlaeminck est réélu avec 50,90% des voix face au divers gauche William N'Gassam (49,10%). Il garde son écharpe tricolore de justesse. Il n’y a que 53 voix d’écart entre les deux candidats. Le maire sortant de Doullens a eu chaud car il n’était pas en position de force après la fusion des listes de ses opposants William N’Gassam et Marc Tarvernier entre les deux tours.

"C'est ma campagne la plus éprouvante" - Christian Vlaeminck, maire de Doullens

La communiste Colette Finet est réélue de justesse à Longueau avec 45,14% des voix contre 43,56% au socialiste Régis Richard et 11,29% à la divers gauche Chantal Boulet. Colette Finet n’a que 43 voix d’avance sur Régis Richard.

Une page se tourne à Gamaches. Le communiste Jacques Pecquery, élu maire depuis 1983, perd son fauteuil. Avec 34,75% des voix, il est largement battu par son adjoint, le socialiste Daniel Destruel (65,24%).

"J'étais seul contre tous" - Jacques Pecquery, maire sortant battu

Le Crotoy bascule à gauche. La quadrangulaire est remporté par Jeanine Bourgau avec 41,78% des voix. Elle devance de 5 points le divers droite Tahar Bordji, dauphin du maire sortant Jean-Louis Wadoux.