Politique

La vague bleue n'a pas épargné la Marne et les Ardennes

Par Eric Turpin, France Bleu Champagne-Ardenne lundi 31 mars 2014 à 12:25

La salle des fêtes de la mairie de Reims est comble à l'annonce des résultats
La salle des fêtes de la mairie de Reims est comble à l'annonce des résultats © Monique Derrien - Radio France

La droite progresse en Champagne-Ardenne. Elle remporte deux villes symboliques : Reims et Charleville-Mézières, un bastion de gauche depuis 50 ans. Dans les Ardennes, la droite ravit aussi Revin, après Vouziers et Fumay au premier tour. Dans la Marne, elle conserve Châlons-en-Champagne et Epernay.

La vague bleue a déferlé sur la Champagne-Ardenne. Dans la Marne, elle prend la ville de Reims. C’est le député UMP Arnaud Robinet, candidat UMP-UDI-MoDem qui l’emporte avec 46,20% des voix devant la maire PS sortante Adeline Hazan (42,76%) qui avait conquis la ville en 2008 et le candidat Front National, Roger Paris (11,04%) qui perd cinq points par rapport au premier tour.

Le reportage à la mairie de Reims signé Monique Derrien

L'ancien ministre UMP du Logement Benoist Apparu est élu à Châlons-en-Champagne avec 46,49% des suffrages lors d'une triangulaire qui l'opposait au socialiste Rudy Namur (34,42%) et à Pascal Erre, responsable du Front National dans la Marne (19,09%).

"On a fait une belle campagne" - Benoît Apparu, élu maire de Châlons-en-Champagne

Franck Leroy, le maire UDI sortant d’Epernay est réélu avec 56,55% des suffrages. L’élection s’est joué en quadrangulaire. Franck Leroy devance le Front National, arrivé en deuxième position (18,14%) et deux listes divers gauche (17,12% et 8,19%).

"Nous devons réfléchir à ce qui fait progresser le Front National" - Franck Leroy, réélu maire d'Epernay

Le Parti socialiste réussit à conserver Vitry-le-François, ville prise à la droite en 2008. Jean-Pierre Bouquet est réélu avec 47,25% des voix. Il garde aussi Sézanne dans le sud du département.Le maire sortant divers gauche, Philippe Bonnotte, a été confortablement réélu pour la 7e fois consécutive avec 65,98% dès le premier tour dimanche dernier.

"On s'est battu sur un projet pour le territoire" - Jean-Pierre Bouquet, maire de Vitry-le-François

Un triomphe dans les Ardennes

Dans les Ardennes, c’est aussi un triomphe pour la droite. Boris Ravignon emporte la ville de Charleville-Mézières, un bastion historique de la gauche depuis 1966, avec 54,94% devant le maire sortant Philippe Pailla qui réunit 33,88% des suffrages.

"C'est un immense bonheur et un honneur" - Boris Ravignon, nouveau maire de Charleville-Mézières

Après Vouziers et Fumay dimanche dernier, la gauche perd également la ville de Revin, siège de l'usine Electrolux en pleine restructuration. C’est le divers droite Daniel Durbecq qui s’impose avec 52,23% des voix face au candidat socialiste Alain Roy (47,77%). Une première à Revin depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

Finalement, la gauche sauve deux communes ardennaises : Sedan et Nouzonville. A Sedan, la triangulaire a été favorable à Didier Herbillon. Le maire socialiste sortant l’emporte avec 51% des suffrages contre 36% à l'UMP Bertrand Bonhomme, et 12% au Front National Eric Samine. A Nouzonville, la gauche ne pouvait que l'emporter, puisque trois listes la représentaient. C’est Florian Lecoultre qui remporte la mise à seulement 24 ans, au nez et à la barbe du maire sortant Daniel Yon. 

Florian Lecoultre, le nouveau maire de Nouzonville

"Je mesure l'attente des rémois et du travail à effectuer"