Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La ville de Nancy maîtrise bien ses finances mais gère mal son personnel

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le contrôle de gestion de la Chambre régionale des comptes sur la Ville de Nancy, présenté aux élus ce lundi 20 mai, souligne les bons équilibres financiers, une dette contenue, des impôts stables, mais révèle des erreurs de gestion du personnel.

La ville de Nancy emploie près de 1 200 personnes en équivalent temps plein.
La ville de Nancy emploie près de 1 200 personnes en équivalent temps plein. © Maxppp - Cédric Jacquot

Nancy, France

Une étape importante au conseil municipal de Nancy, ce lundi : la présentation du rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la gestion juridique et financière de la ville, depuis 2012. Ce contrôle gestion, réalisé tous les 6 ans, permet aux élus de corriger des erreurs et de combler des lacunes. 

"C'est un bon audit pour nous", remarque Michel Dufraisse, l'adjoint aux finances, "nous en profitons pour nous mettre en conformité avec des textes de loi nombreux et souvent compliqués". Depuis qu'elle a reçu les observations de la Chambre des comptes, l'équipe municipale de Nancy a déjà "corrigé 90% des erreurs" notifiées par les experts juristes. 

Durée de travail des agents non respectée

Globalement, la ville de Nancy maîtrise sa dette. L'évolution des finances est plutôt saine, les impôts stables. Le rapport note aussi une "politique volontariste" des rythmes scolaires, avec un volume d'activités périscolaires saluées par les contrôleurs de la Chambre régionale des comptes.  

Mais ce rapport "relève de graves manquements" dans la gestion du personnel. La ville ne respecte pas la durée légale du temps de travail. Si elle était dans les clous, la mairie de Nancy pourrait supprimer près de 14 postes aujourd'hui sans remettre en cause ses services. "Des efforts ont déjà été faits, on a revu l'organisation des services et il y a eu de gros changement pour les agents", rappelle Michel Dufraisse. 

Des suppressions de poste mais sans brusquer les choses

Les suppressions de postes, - 6% depuis 2012, vont se poursuivre, mais sans accélérer. "On veut éviter une mauvaise ambiance à la mairie", explique l'élu. La ville de Nancy emploie aujourd'hui un peu plus d'un millier de personnes. 

La Chambre des comptes s'étonne aussi d'un absentéisme élevé. Les arrêts maladie et accidents de travail ont augmenté de 10% entre 2012 et 2016. Les contrôleurs de gestion invitent la municipalité à comprendre pourquoi et à "mettre en place des mesures correctives adaptées".

Une gestion humaine trop froide " (le chef de l'opposition)

Pour le chef de file de l'opposition municipale, Bertrand Masson (PS), la ville de Nancy est "passée d'un système paternaliste à une version managériale, froide et brutale des ressources humaines". L'élu de gauche invite la majorité à tempérer la situation.  

Un poste un peu vite attribué

La Chambre des Comptes critique aussi la procédure de création du poste de commissaire général du Livre sur la place. Cette mission contractuelle, votée en 2014, renouvelée en 2017, a été attribuée à François Rossinot. 

"La personne occupait les mêmes fonctions à titre bénévole depuis 1978", et "la création de l'emploi a été justifiée par la montée en puissance de la manifestation", souligne la Chambre des comptes.

Mais les juristes soulignent que la loi sur l'accès aux emplois dans la fonction publique n'a pas été respectée, pas plus que les modalités de fixation de rémunération du poste (pour un montant de près de 54 500 € nets annuels). Le maire centriste, Laurent Hénart, a contesté l'erreur de procédure calendaire, dans sa réponse à l'Institution. 

Autre problème sur ce dossier : un élu n'aurait pas dû prendre part au vote, pour cette création de poste, la mission ayant été attribuée à son épouse. La polémique, si elle surgit, sera sans doute vite éclipsée... D'autant que ce recrutement a été voté par le conseil municipal, opposition comprise. 

"On peut toutefois se demander pourquoi ce poste n'entre pas dans le service culture de la ville", remarque Bertrand Masson, pour le groupe de la gauche municipale.

Le maire de Nancy, Laurent Hénart, a répondu aux observations de la Chambre régionale des comptes. - Radio France
Le maire de Nancy, Laurent Hénart, a répondu aux observations de la Chambre régionale des comptes. © Radio France - Laurent Watrin