Politique

La visite houleuse d'Emmanuel Macron à Carpentras

Par Martin Cotta, France Bleu Vaucluse et France Bleu vendredi 17 février 2017 à 20:30 Mis à jour le vendredi 17 février 2017 à 21:39

Emmanuel Macron en visite à Carpentras le 17 février 2017
Emmanuel Macron en visite à Carpentras le 17 février 2017 © Radio France - Martin Cotta

En visite dans le Vaucluse à Carpentras pour présenter des propositions sur la sécurité, Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, a été sifflé par des membres d'associations de pieds-noirs et harkis après ses déclarations en Algérie sur la colonisation française.

Dès son arrivée, des opposants à Emmanuel Macron, candidat du mouvement "En Marche !" à l'élection présidentielle, a été sifflé par une trentaine de membres d'associations de rapatriés d'Afrique du Nord et de harkis qui attendait le candidat devant la chapelle des pénitents blancs de Carpentras dans le Vaucluse. Après avoir employé le terme de "crime contre l'humanité" au sujet de la colonisation française lors d'un déplacement en Algérie il y a quelques jours, la polémique a enflé ces derniers jours.

"Mr Macron vous nous avez meurtri"

Des propositions sur la sécurité

Emmanuel Macron s'est rendu ce vendredi dans une commune où le vote Front National est élevé. Marion Maréchal Le Pen y a d'ailleurs remporté les dernières élections législatives dans la troisième circonscription. Après avoir été chahuté, le candidat à l'élection présidentielle a d'abord visité les locaux de la police municipale puis nationale. Emmanuel Macron a prononcé un discours de 25 minutes sur la sécurité, dans l'ancienne chapelle des pénitents blancs.

Le candidat du mouvement "En Marche !" souhaite créer : "une police de sécurité quotidienne". Les policiers pourraient sanctionner immédiatement tout individu interpellé sur la voie publique pour usage de stupéfiant ou vol à l'étalage. Ce sont les exemples donnés par Emmanuel Macron lui-même. Ces policiers auraient le pouvoir de signifier une amende "d'au moins 100 euros" s'est expliqué le candidat.

"Je veux que nous développions des circuits courts de sanctions"

La sécurité, l'éducation et l'aménagement du territoire

Malgré la présence de quelques opposants, Emmanuel Macron a pu serrer la main à quelques sympathisants carpentrassiens venus le rencontrer dans les rues de la ville.

"Ce n'est pas un professionnel de la politique"