Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Lac de Bègles : une surveillance partielle d'ici le mois de juillet

-
Par , France Bleu Gironde

Un jeune homme s'est noyé lundi soir dans le lac de Bègles. Aucune surveillance n'était alors assurée sur le lieu, elle est partielle en semaine jusqu'au mois de juillet. Le lac est pourtant très fréquenté dans l'agglomération de Bordeaux. La mairie de Bègles appelle à la prudence.

Bègles plage, un banc de sable au bord du lac artificiel. L'un des deux lacs que compte l'agglomération de Bordeaux. Il n'est surveillé que les mercredis et weekends d'ici juillet.
Bègles plage, un banc de sable au bord du lac artificiel. L'un des deux lacs que compte l'agglomération de Bordeaux. Il n'est surveillé que les mercredis et weekends d'ici juillet. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

Un jeune de 19 ans s'est noyé lundi 17 juin vers 19h30 dans le lac de Bègles. Il nageait avec ses amis en dehors de la zone de baignade, alors qu'aucune surveillance n'était assurée sur les lieux. Le lieu est très fréquenté dans l'agglomération bordelaise. En août 2018, une fillette de 11 ans s'était déjà noyée dans le lac, dans les mêmes conditions.

Chaque année au 15 juin, la surveillance du lac est mise en place avec son ouverture à la baignade. Mais elle est partielle jusqu'au mois de juillet. C'est le cas dans la plupart des plages du littoral en Gironde. Au lac de Bègles, d'ici le 30 juin, aucun maître-nageur n'assurera la sécurité des baigneurs en semaine, hormis les mercredis et les weekends entre 11 et 19 heures. 

En dehors des heures de surveillance, la mairie appelle à la prudence les nageurs 

Sur la plage artificielle ce mardi 18 juin, une cinquantaine de personnes se baigne sous le soleil. La zone est délimitée par des bouées mais pas l'ombre d'un maître nageur. Parmi les baigneurs, un groupe de cinq enfants de 10 à 13 ans. Ils s'éclaboussent en riant sous les yeux de Florence, qui les observe depuis sa serviette. Aucun adulte en vue pour les surveiller. 

C'est aussi aux parents de surveiller les enfants, c'est un fait mais ils peuvent faire une mauvaise chute, tomber dans l'eau... Il n'y a pas de surveillant. — Florence

Sur la plage, des panneaux indiquent que "la surveillance des enfants incombe aux parents." - Radio France
Sur la plage, des panneaux indiquent que "la surveillance des enfants incombe aux parents." © Radio France - Fanny Ohier

Sur la plage, des panneaux indiquent que "la surveillance des enfants incombe aux parents."

En juin, les mercredis et les weekends, ce sont trois à quatre surveillants-sauveteurs de la piscine municipale qui surveillent la plage. Avant le mois de juillet, impossible de les réquisitionner à plein temps, selon Franck Joandet, adjoint au maire chargé de la vie locale. Car c'est la ville qui finance. C'est d'ailleurs la fermeture de la piscine de Bègles durant l'été qui permet économiquement à la mairie d'assurer la surveillance de la plage du lac. Par ailleurs, "on ne peut pas surveiller une zone naturelle 24h/24, précise Franck Joandet. Et si on le faisait, on déresponsabiliserait complètement les gens." 

Même si on décidait de surveiller tous les jours de la semaine, on ne pourrait pas le faire jusqu'à minuit ! —  Franck Joandet, adjoint au maire chargé de la vie locale

Depuis jeudi 13 juin, un agent garde l'ensemble du plan d'eau, une fois la nuit tombée. 

La mairie de Bègles demande à la métropole de prendre en charge la gestion du lac, qui accueille 60000 personnes, venues de toute l'agglomération, chaque été.