Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Landes : après un conseil municipal de Tyrosse musclé, la préfecture annule les délibérations

-
Par , France Bleu Gascogne

Le conseil municipal de Saint-Vincent de Tyrosse du jeudi 7 février dernier a été très agité. Le maire a décidé, lors de la première délibération, de demander le huis clos. La préfecture ce lundi a jugé ce huis clos illégal. Les délibérations sont annulées.

La séance du Conseil Municipal du jeudi 7 janvier a été déclarée à huis clos car le média local, Média 40, a refusé d'arrêter l'enregistrement le temps d'un vote à bulletin secret
La séance du Conseil Municipal du jeudi 7 janvier a été déclarée à huis clos car le média local, Média 40, a refusé d'arrêter l'enregistrement le temps d'un vote à bulletin secret - Capture d'écran / Facebook Média 40

Saint-Vincent-de-Tyrosse, France

Menace de recours devant le tribunal administratif de Pau, menace de plainte à la gendarmerie, la préfecture qui se saisit du dossier et des échanges virulents entre majorité et opposition par pages Facebook interposées. Le conseil municipal de Saint-Vincent de Tyrosse a laissé des traces même si Pascal Briffaud, le maire, espérait ce lundi matin le contraire : "ça fait le buzz mais dans quelques jours on n'en entendra plus parler". Pas si sûr. D'autant moins sûr que la préfecture a décidé ce lundi soir d'annuler les délibérations suite au huis clos décrété par le maire. Ce huis clos était illégal. Il faudra donc tout recommencer. 

Débats musclés

Jeudi soir dernier se tenait à Tyrosse le conseil municipal. L'ambiance entre la majorité du maire Pascal Briffaud et l'opposition conduite par Régis Dubus n'a jamais été vraiment cordiale mais un cap a été franchi cette fois.  Avant même la première délibération, l'ambiance est donnée dans un échange entre l'opposant Régis Dubus et le maire Pascal Briffaud. L'opposant se lance dans une longue liste de reproches concernant le procès verbal du conseil municipal précédent, accusant à plusieurs reprises le maire de mensonges. "Vous avez fini l'année 2018 en déclarant que j'étais un menteur, dit Régis Dubus en conclusion de sa première intervention du soir, je commence donc l'année 2019 en déclarant que c'est vous le menteur". Réponse du maire : "Je vois que monsieur Dubus n'apprécie pas d'être traité de menteur quand il ment mais c'est comme ça. Vous êtes un homme du passé". Ce n'est que la mise en bouche.

Éviction d'une élue

Arrive la première délibération du soir, qui concerne le remplacement de l'adjointe aux sports de la ville évincée de sa délégation pour ne plus assumer son mandat en raison de sa maladie. Nouvelle intervention de l'opposant Régis Dubus : "je suis étonné, je me demande pourquoi tant de précipitation. On a déjà fait preuve de patience par le passé", sous entendu pour remplacer un élu. Le maire demande à l'opposition avec qui il y aurait eu plus de patience. "Avec madame Apathie on a été patient", répond l'opposant déclenchant une vague d'indignation dans la salle. Marie Apathie, l'ancienne maire, est décédée l'an passée d'une longue maladie au cours de son mandat. "Monsieur Dubus vous êtes un rustre", conclut le maire de Tyrosse avant d'en revenir au vote pour remplacer l'adjointe aux sports. 

Évacuation de la salle du conseil 

Le vote à bulletin secret est décidé par la majorité. Or un média local, Média 40, filme la séance. Le maire, pour préserver la discrétion des votes, demande d'arrêter l'enregistrement le temps de remplir les bulletins. Refus de Média 40 qui réplique que la mairie aurait dû prévoir un isoloir. La confusion gagne le conseil municipal et le maire décide finalement de prononcer le huis clos et de faire évacuer la salle par le policier municipal présent.

Contrôle de légalité

La salle est évacuée sauf que la vidéo le prouve, il n'y a pas eu de vote à main levée pour entériner la demande de huis clos. Ce qui est illégal dénonce l'opposition. La préfecture va donc le confirmer ce lundi soir. Avant cette décision, le maire Pascal Briffaud avait expliqué que "s'il faut refaire le conseil, on le refera". Et face aux menaces de l'opposition de saisir le tribunal administratif, un élu de la majorité nous avait lancé "nous on est des républicains, pas des baltringues". Ambiance...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu