Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Landes : Stéphane Delpeyrat quitte le Parti socialiste et règle ses comptes

vendredi 26 janvier 2018 à 21:07 Par Jules Brelaz, France Bleu Gascogne

Ancien premier secrétaire fédéral des Landes, ex-président du groupe socialiste au Conseil régional de Nouvelle Aquitaine, Stéphane Delpeyrat annonce vendredi soir sur sa page Facebook qu'il quitte le PS après 32 ans au parti de la rose.

Stéphane Delpeyrat-Vincent, au Conseil régional de Nouvelle Aquitaine
Stéphane Delpeyrat-Vincent, au Conseil régional de Nouvelle Aquitaine © Maxppp -

Mont-de-Marsan, France

Alors que s'ouvre samedi à Paris un Conseil national, le PS perd l'un de ses poids lourds dans le Sud-Ouest. Adhérent depuis 1987, ex-directeur de campagne de Benoît Hamon en Nouvelle Aquitaine, Stéphane Delpeyrat quitte le navire socialiste. 

Je quitte le Parti socialiste mais c'est aussi parce que le Parti socialiste a quitté le socialisme 

L'ancien premier secrétaire fédéral des Landes annonce son départ dans un (long) message publié vendredi soir sur sa page Facebook. Stéphane Delpeyrat, 49 ans, quitte le PS "sans claquer la porte" mais sans mâcher ses mots, en dénonçant notamment "la bassesse" et "la déloyauté" "d'une petite quadrilla parisienne qui se refile les postes". 

"La faillite morale du PS"

Aujourd'hui maire de Saint-Aubin, Stéphane Delpeyrat part du PS "sans déchirer sa carte", "avec le cœur lourd mais les idées claires". Joint par France Bleu Gascogne, l'élu affirme qu'il n'a "pas de regret, pas d'amertume ou de colère". Mais c'est pour mieux décocher sa flèche contre ceux qui emmènent "les militants dans le mur".

Cette petite quadrilla parisienne, toujours les mêmes, qui se refile les postes et les places, quelques soient les votes de congrès ou les votes de primaire

Deux ruptures : le décès d'Henri Emmanuelli et la primaire du PS

La campagne présidentielle 2017 lui reste en travers de la gorge. Lieutenant de Benoît Hamon dans les Landes, Stéphane Delpeyrat ne pardonne pas à "Manuel Valls, Jean-Yves Le Drian et à tant d'autres" d'avoir trahi leurs engagements en soutenant Emmanuel Macron.

"Les gens ont vu que le parti n'était même pas capable de respecter la démocratie, en poignardant son candidat. 

J'ai vu une déloyauté, une bassesse, que je n'avais pas imaginé, un lâchage, un sabotage systématique de la campagne de Benoît Hamon

En dehors de la primaire, l'autre rupture qui a conduit Stéphane Delpeyrat à quitter le PS, est la disparition de son mentor, Henri Emmanuelli, décédé le 21 mars 2017. "J'ai eu la chance de le rencontrer alors que j'étais encore jeune étudiant et que je militais à l'Unef et je l'ai accompagné jusqu'à la fin."

Et après ? Stéphane Delpeyrat quitte le PS mais pas la vie politique. L'élu landais plaide toujours pour une large union de la gauche, avec Mélenchon mais sans Macron.