Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Politique

Landes : un référendum à Tarnos pour une discorde avec la communauté de commune

lundi 11 mars 2019 à 9:32 Par Paul Ferrier, France Bleu Gascogne

Dimanche prochain, la mairie de Tarnos invite ses administrés à voter pour un référendum. Plusieurs questions posées et une institution visée : la communauté de communes du Seignanx dont fait partie Tarnos. Des années de discorde sur des questions de fiscalité.

La communauté de commune du Seignanx et la mairie de Tarnos.
La communauté de commune du Seignanx et la mairie de Tarnos. - Google Street View

Tarnos, France

Querelle politique sur fond de redistribution de l’impôt commun. Pour faire simple, le maire communiste de Tarnos, Jean-Marc Lespade, estime que sa commune donne beaucoup d'argent à la communauté de commune du Seignanx, alors qu'à l'inverse, la communauté de commune investirait une trop faible part de son budget à Tarnos.

Dimanche, la mairie de Tarnos invite donc ses administrés à voter pour un référendum où plusieurs questions seront posées. Si l'on synthétise, le maire demande aux Tarnosiens de le conforter dans sa lutte contre la communauté de communes du Seignanx et son président Eric Guillauteau, également maire d'Ondres. 

Capture d'écran du magazine municipal de Tarnos de mars 2019 - Aucun(e)
Capture d'écran du magazine municipal de Tarnos de mars 2019 - Tarnos

Querelle de redistribution des impôts

Tarnos qui s'élève contre la communauté de communes du Seignanx, c'est un peu comme si Dax s'opposait au Grand Dax ou Mont-de-Marsan à l'Agglo du Marsan. Tarnos, c'est près de la moitié de la population du territoire de l'intercommunalité. C'est surtout la commune où se concentre la très grande majorité de l'activité économique. Et ce qui fait vivre une communauté de communes, c'est en grande partie les recettes fiscales issues des entreprises implantées.  

Capture d'écran du magazine municipal de Tarnos de février 2019 - Aucun(e)
Capture d'écran du magazine municipal de Tarnos de février 2019 - Tarnos

Le maire de Tarnos, Jean-Marc Lespade, explique depuis des mois, voire des années, tract à sa population à l'appui, que Tarnos et ses industries apportent plus de 70% des ressources fiscales de la communauté de communes du Seignanx, ce que ne remet pas en question l'intercommunalité. En échange, toujours selon les calculs de Tarnos, la ville  ne bénéficierait que de 19% des investissements du Seignanx.  Ce n'est pas juste, dit en substance le maire de Tarnos, ce que l'on pourrait traduire par : "mes administrés se font avoir".  

une vision simpliste et erronée"

"Ça, c'est une vision simpliste et erronée", répond Eric Guillauteau, le président de la communauté de communes du Seignanx. Alors la semaine dernière, pour tenter de siffler la fin de la récré, l'intercommunalité du Seignanx a présenté un audit financier commandé à une société privée spécialisée dans les comptes publics. 16 pages de chiffres, peu claires et que même le président Guillauteau a du mal à expliquer. Sur un laps de temps de trois ans supérieur par rapport aux chiffres présentés par la mairie de Tarnos, cette étude tend à montrer d'une part que les investissements du Seignanx pour Tarnos représenteraient plutôt 33%. Mais surtout que, sans la communauté de communes, la ville de Tarnos aurait perdu des millions d'euros suite aux différentes réformes de la fiscalité territoriale. 

Une partie de l'audit financier commandé par la communauté de commune du Seignanx - Radio France
Une partie de l'audit financier commandé par la communauté de commune du Seignanx © Radio France - PF

"Une communauté de communes n'est pas faite pour être vécue comme un tiroir caisse ou chaque commune met de l'argent et retire exactement le même argent, poursuit Eric Guillauteau, et malheureusement on a été obligé de dépenser de l'argent public pour mettre un terme à cette polémique". Malheureusement, pourrait-on répondre, cet argent public dépensé ne vient pas mettre un terme à la discorde. L'étude a coûté au contribuable du Seignanx entre 11 000 et 18 000 euros. 

Etude et référendum, même tarif

Le maire de Tarnos balaie le résultat de cette étude d'un revers de main. "On peut se demander si monsieur Guillauteau n'est pas quelque part une sorte de prestidigitateur, d'illusionniste, qui a manifestement quelques difficultés avec les chiffres.

Si la communauté de communes du Seignanx a dépensé entre 11 000 et 18 000 euros pour tenter, en vain, d'éteindre la polémique, le maire de Tarnos propose, en face, une autre solution : un référendum. C'est quasi le même prix que l'étude. 12 000 euros de frais, d'argent public. Et cela risque de ne pas avoir beaucoup plus d’efficacité que l'audit, puisque le président du Seignanx juge ce référendum illégal.

La consultation citoyenne à Tarnos, c'est ce dimanche, entre 8h et 18h dans les bureaux de vote habituels.