Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Lascaux : le chantier du nouveau centre d'art pariétal pourrait coûter encore plus cher

-
Par , France Bleu Périgord

Victimes de surcoût, des entreprises qui ont travaillé sur le chantier de Lascaux IV réclament de l'argent au Conseil départemental. Une enveloppe de deux millions d'euros a été débloquée cette semaine lors du vote du budget.

La nouvelle réplique Lascaux 4.
La nouvelle réplique Lascaux 4. © Radio France - Xavier Demagny

Ce vendredi matin, les élus du conseil départemental ont approuvé le budget du département pour l'année 2017. Un budget de 504,5 millions d'euros en très légère hausse de 0,2% par rapport à 2016. Le chef de l'opposition, Thierry Boidé a notamment regretté le vote d'une enveloppe de deux millions d'euros pour le centre international d'art pariétal de Montignac.

Neuf millions réclamées par les entreprises

Le département n'avait pas prévu d'ajouter cette somme aux 60 millions d'euros dépensés pour la construction de Lascaux IV. En fait, le département met de l'argent de côté car depuis la fin du chantier au moins deux sociétés dont l'entreprise Lagarrigue (en charge du gros oeuvre) ont fait des réclamations. Elles ont dépensé plus que prévu pour faire des études, réaliser certains travaux ou parce que les délais n'ont pas été respectés.

Le comble dans cette histoire c'est que le département est même allé un peu trop vite en lançant les travaux au printemps 2014 alors que certaines études n’étaient pas terminées. Au total, les entreprises réclament neuf millions d'euros. Il y a maintenant deux solutions : soit la situation se règle à l'amiable, soit l'affaire se termine devant la justice. Germinal Peiro préférerait évidemment la première et il espère qu'il n'aura pas à débourser plus de deux millions d'euros.

Une situation similaire à celle du P.I.P.

Cette situation, assez classique sur ce genre de chantier, le département l'a déjà connu en 2011 après la construction du Pôle international de la Préhistoire aux Eyzies. Les entreprises réclamaient alors un peu plus de deux millions d'euros après un passage devant le tribunal administratif. La collectivité avait du verser 877.000 euros.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu