Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Laurent Wauquiez demande la démission de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve après l'attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray

jeudi 28 juillet 2016 à 10:55 Par France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et vice-président délégué du parti Les Républicains estime que les deux ministres "doivent partir parce qu'ils refusent de prendre les mesures indispensables pour combattre l'islamisme".

laurent Wauquiez, le président d'Auvergne-Rhône -Alpes
laurent Wauquiez, le président d'Auvergne-Rhône -Alpes © Radio France - yves renaud

Après l'assassinat d'un prêtre mardi à Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, Laurent Wauquiez demande la démission du Premier ministre Manuel Valls, et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. "Il faut un nouveau gouvernement déterminé à agir", déclare le président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes dans un entretien au Figaro publié ce jeudi 28 juillet. "Manuel Valls et Bernard Cazeneuve doivent partir parce qu'ils refusent de prendre les mesures indispensables pour combattre l'islamisme", explique le député de Haute-Loire et vice-président délégué du parti Les Républicains.

Laurent Wauquiez rappelle dans cet entretien, les propositions qu'il a faites concernant les personnes fichées S : "Cela fait un an que je réclame, avec l'opposition, sur tous les tons, que les fichés S sont internés. Si le gouvernement nous avait écouté, l'égorgeur du père Hamel n'aurait pas été en liberté", assure-t-il. "Aujourd'hui, il apparaît clairement que le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur ne sont pas capables de changer de ligne", ajoute le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il conclut : "j'assume de revendiquer des lois d'exception contre le terrorisme".