Politique

Laurent Wauquiez : "faire d'Auvergne-Rhône-Alpes le modèle d'une France qui a retrouvé ses repères"

Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme-Ardèche, France Bleu Isère, France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu Pays de Savoie, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu lundi 14 décembre 2015 à 8:23

Laurent Wauquiez au soir de sa victoire en préfecture à Lyon
Laurent Wauquiez au soir de sa victoire en préfecture à Lyon © Maxppp

Laurent Wauquiez devient, à quarante ans, le président de la deuxième région de France. Le chef de file LR-UDI-MODEM remporte 40,61% des suffrages au second tour, devant la liste de gauche de Jean-Jack Queyranne (36,84%) et la liste FN de Christophe Boudot (22,55%).

Au lendemain de sa victoire aux régionales, Laurent Wauquiez dit avoir entendu "l'exaspération qui s'est exprimée" avec les scores très élevés du Front national. Pour lui, il y a une profonde défiance par rapport aux politiques. "Nous amenons une nouvelle génération d'élus" dit le député-maire Les Républicains du Puy-en-Velay âgé de 40 ans qui -frappé par le cumul- va abandonner son poste de maire.

Trois cents millions d'économies

Ce lundi matin, Laurent Wauquiez se fixe comme priorité de "tenir les engagements de sa campagne". Il compte faire 300 millions d'euros d'économies. Comment ? En fermant des agences régionales "qui servaient à caser des amis", en mutualisant "les services juridiques, financiers, ressources humaines" avec des départs à la retraite non remplacés. Parmi les pistes d'économies, Laurent Wauquiez souhaite que les élus aient "le sens de l'exemplarité" en baissant le montant total des indemnités, ce qui pourrait représenter "un million, un million et demi d'euros chaque année". La nouvelle assemblée comptera 204 élus dont 113 pour la majorité de droite.

Pas question de remplacer un centralisme parisien par un centralisme régional

Le nouveau président de région insiste sur le respect des territoires. "Je ne veux pas que l'Auvergne soit oubliée" dit Laurent Wauquiez. "Tous les dossiers n'ont pas besoin d'être traités à Lyon, ils peuvent l'être dans les départements". Quant au nom de la région ? "Le plus important, ce sont les transports TER, l'emploi, l'apprentissage, les routes" souligne le futur président "je ne vais pas commencer par payer cher un cabinet de consultants" sur le nom de la région. "Notre région est belle" conclut Laurent Wauquiez "je veux en faire un modèle d'une France qui a retrouvé ses repères".

Laurent Wauquiez promet des résultats -

Le nouveau président et son exécutif seront élus lors de la séance d'installation le 4 janvier prochain à Lyon.