Politique

Laurent Wauquiez restera président de région s'il est élu à la tête de Les Républicains

Par Julien Corbière et Thomas Schonheere, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 7 septembre 2017 à 18:08 Mis à jour le vendredi 8 septembre 2017 à 8:10

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence des Républicains, dans les locaux de France Bleu Saint-Étienne Loire en 2015
Laurent Wauquiez, candidat à la présidence des Républicains, dans les locaux de France Bleu Saint-Étienne Loire en 2015 - Le Progrès

Une semaine après l'officialisation de sa candidature à la présidence du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez était l'invité de France Bleu ce vendredi matin. S'il est élu, Laurent Wauquiez affirme qu'il restera président de région.

Laurent Wauquiez fait campagne, et beaucoup dans sa région. Une semaine après sa déclaration de candidature dans le Figaro et quelques jours après avoir monté le Mézenc (Haute-Loire) avec ses partisans, il était l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu Pays d'Auvergne ce vendredi matin. Laurent Wauquiez qui affirme qu'il restera, s'il est élu, président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes : "Bien sûr, parce que [président de LR] c'est un engagement qui est bénévole. C'est un engagement associatif qui est à côté, on n'est pas du tout sur les règles de cumul des mandats. Pour moi c'est d'abord ma région, d'abord le terrain."

"C'est un engagement qui est bénévole" - Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Cette semaine, l'ancien maire du Puy et ancien député de Haute-Loire a fait campagne dans la région. Il était par exemple à Feurs dans la Loire, lundi, pour la rentrée des classes, dans la Drôme ce jeudi, et il reviendra dans la Loire faire campagne dimanche. Il a aussi annoncé dans la presse un "Plan Marshall" d'1,5 milliard d'euros pour les lycées de la région.

Ceux qui font les débats nationaux sont complètement coupés de nos réalités. Je pense que c'est très important que ce que nous voyons sur le terrain soit relayé au niveau national" - Laurent Wauquiez

"La réalité, poursuit le candidat à la présidence de LR, c'est que quelqu'un qui travaille au SMIC, s'il fait l'addition à la fin du mois, il s'aperçoit qu'il ne gagne pas plus que s'il restait chez lui. Plus personne n'a le courage de dire ça."

"L'opposition, ça ne peut pas être que Mélenchon"

Interrogé sur la volonté d'Emmanuel Macron de réformer les régimes spéciaux de retraite, notamment à la SNCF, Laurent Wauquiez estime que "le gouvernement dit beaucoup de choses et qu'ensuite il fait l'inverse" : "Il a dit qu'il voulait faire attention au pouvoir d'achat des retraités et des classes moyennes. Très bien, moi je suis pour. Sauf qu'il s'apprête à augmenter de 20 milliards d'euros la CSG, avec des pertes de pouvoir d'achat colossales. Je pense qu'en France, il faut une opposition sereine et déterminée de la droite face à cela. L'opposition ça ne peut pas être que Mélenchon."

"Il faut une opposition sereine et déterminée de la droite" - Laurent Wauquiez

Mélenchon, c'est les zadistes et Nuit debout" - Laurent Wauquiez

Au cours de sa campagne, Laurent Wauquiez veut mettre l'accent sur deux thèmes : la défense des "classes moyennes et des familles modestes" et les "problématiques de communautarisme" : "Je veux que la droite puisse défendre la France qui travaille et qui a travaillé toute sa vie. Mélenchon, c'est les zadistes et Nuit debout, ce ne sont pas ces classes moyennes. Sur les problématiques de sécurité : les quartiers dans lesquels les gendarmes et les policiers ne peuvent plus aller, la contestation de la laïcité... Sur ces questions, le Président est étrangement silencieux."

"Je veux que la droite en France puisse défendre les classes moyennes" - Laurent Wauquiez

L'élection du nouveau président de LR aura lieu les 10 et 17 septembre prochain.

L'interview de Laurent Wauquiez est à réécouter dans son intégralité ici.