Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Laurent Wauquiez, invité sur France Bleu : "Aujourd'hui, je vais me consacrer à 100% aux habitants de ma région"

Il s'était encore peu exprimé depuis sa démission de la présidence des Républicains après les élections eurpopéennes. Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, était l'invité de France Bleu vendredi.

Laurent Wauquiez, ancien président des Républicains, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes
Laurent Wauquiez, ancien président des Républicains, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes © AFP - LIONEL BONAVENTURE

Saint-Étienne, France

Laurent Wauquiez était l'invité de France Bleu Saint-Étienne Loire vendredi. Après la débâcle des élections européennes le 26 mai, il avait annoncé sa démission de la présidence des Républicains une semaine plus tard. Qui pour lui succéder ? Comment reconstruire une force politique d'opposition ? 

Laurent Wauquiez répond aux questions d'Yves Renaud. (Durée : 6'46)

Laurent Wauquiez, invité de France Bleu Saint-Etienne Loire

En démissionnant dimanche soir, vous imaginiez-vous que cela aurait entraîné autant de défections chez Les Républicains ?

J'ai espéré surtout, en prenant mes responsabilités, faire en sorte que Les Républicains puissent rester rassembler. Aujourd'hui, j'ai fait un choix. Ma seule priorité, c'est notre région. Et toute mon énergie y est consacrée. Je n'ai plus envie de faire des commentaires par rapport à la politique nationale. J'ai fait un choix qui est un choix de recul, j'ai fait un choix qui est de me consacrer aux habitants de notre région qui m'ont fait confiance. Je ne suis pas du genre à revenir sur les décisions qui sont les miennes.

Vous restez malgré tout membre des Républicains... Valérie Pécresse, qui vient de quitter le parti, explique qu'il est impossible de le refonder de l'intérieur. Est-ce votre avis ?

La démarche que je fais c'est une démarche pour se remettre en question. On a subi une défaite, un échec, dans la vie ça arrive et il faut apprendre de ses échecs. Dans notre région, on est plutôt d'un tempérament fidèle. Moi je le suis donc je reste fidèle à ma famille. Je ne vais pas vous dire l'inverse de ce que j'ai pu porter pendant des mois. Dans notre région, je m'applique à tenir parole sur les engagements que j'ai pris. Bien gérer la région, baisser les impôts, investir sur nos lycées et les maisons de santé. Je pense qu'en politique, on a besoin de retrouver de la constance. 

"On a subi une défaite, un échec, dans la vie ça arrive et il faut apprendre de ses échecs." - Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Je ne trouve ça pas bien les gens qui changent d'avis avant ou après une élection, parce qu'on a gagné ou parce qu'on a perdu. Dans notre région, je veux arriver à retrouver le sens d'une politique concrète qui tient juste parole et qui se bat pour améliorer la vie quotidienne de nos compatriotes. Aujourd'hui, je serai sur Saint-Etienne, on va financer, en lien avec le département de la Loire, une résidence pour des séniors. C'est cette politique là que je veux retrouver. J'ai besoin de prendre ce champ loin de la politique nationale où tout le monde se tape dessus dans tous les sens. Je crois que les Français croient plus à la politique concrète sur le terrain aujourd’hui.

Un sondage Odoxa, sorti jeudi pour franceinfo: et Le Figaro, précise que 54% des Français interrogés estiment que le parti les Républicains risque de disparaître... Vous vous êtes assez battu pour ne pas avoir envie qu'il disparaisse...

Bien sûr que je ne veux pas qu'il disparaisse ! Je veux juste que les Français aient le choix. Je n'ai pas envie que la démocratie française, que les Français quand ils votent ils aient un pistolet sur la tempe et qu'ils n'aient que le choix entre les extrêmes et LREM. Je pense que c'est important que les gens puissent avoir le choix. 

"J'espère que la droite va se reconstruire, que Les Républicains se reconstruiront." - Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour moi, dans ma vie politique, ce qui me touche parfois le plus c'est quand des gens viennent me voir et me disent "on n'est peut-être pas toujours d'accord avec vous sur ce que vous dites au national, mais comme président de région vous faites le travail". Cela dépasse quelques fois les différences politiques qu'il peut y avoir. Je pense que cette façon de faire de la politique, c'est celle qui garde du sens.

Pour le reste, je suis fidèle à ma famille. J'espère que la droite va se reconstruire, que Les Républicains se reconstruiront, juste tout simplement pour que lors des élections les Français aient le choix et ne soient pas condamnés. Nous dans notre région, on tient debout et on fait avancer les choses. Les gens le voient tout autour d'eux avec des projets concrets. On a la région la mieux gérer de France, ça pour moi ce sont des satisfactions.

Il y a quelques jours, Jean-Pierre Taite, président des Républicains dans la Loire, disait que votre image n'était pas celle du vrai Laurent Wauquiez... Y-a-t-il un décalage entre votre image publique et vous ?

Des fois des gens me disent "le Laurent Wauquiez qu'on connaît n'est pas celui qu'on retrouve dans les médias nationaux". Je le sais, et sans doute que j'ai fait des erreurs qui ont prêté à cette caricature. Le vrai Laurent Wauquiez c'est celui qu'on connaît dans notre région, c'est celui qu'on connaît en Haute-Loire, c'est celui qui aime le terrain, qui essaie de se battre pour faire avancer les choses, déterminé parfois trop parce que les gens ont l'impression que je suis dur. 

Au fond de moi, c'est pas de la dureté, je veux juste faire avancer les choses. J'adore notre région, j'y suis né, mes enfants y sont nés, ma famille y vit, et je veux juste le meilleur pour notre région, c'est ça ma vérité. J'espère que sur la durée, c'est ce que les gens verront. Je ne suis pas une girouette, je suis quelqu'un de fidèle dans mes amitiés, dans mes convictions, dans ce que je porte. Ce qui compte le plus, c'est que les gens puissent se dire "au moins dans notre région, il fait avancer les choses".

Jean-Pierre Taite, président des Républicains dans la Loire, après la défaite aux européennes

Jusqu'ici, vous aviez plutôt accumulé des succès. C'est un premier gros échec dans votre parcours politique. Est-ce un mal pour un bien, est-ce utile pour vous ?

Bien sûr que ça fait mal ! La vie c'est aussi avoir des échecs, c'est dur, ça blesse, parfois on se dit que c'est injuste. Dans la vie, il y a bien des gens qui connaissent des échecs beaucoup plus durs et beaucoup plus éprouvants parfois. Je ne vais pas me plaindre, je le vis avec humilité et te je vais apprendre de ça, il faut être capable de se remettre en question. Parfois, ça permet aussi de se reconstruire et de repartir. Aujourd'hui, peut-être que ça me fera du bien.

  - Visactu
© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu