Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le 1er "vrai" budget de la région Grand Est mise sur l'emploi, la jeunesse, l'attractivité du territoire

Qualifié de "nouvelle impulsion" par le président Richert, le budget primitif 2017 de la région Grand Est est jugé sans stratégie claire par l'opposition. Il est soumis au vote des conseillers régionaux à Metz depuis ce jeudi et jusqu'à vendredi midi.

La séance plénière du conseil régional Grand Est à Metz (Illustration)
La séance plénière du conseil régional Grand Est à Metz (Illustration) © Maxppp - Alexandre Marchi

Le 1er vrai budget de la région Grand Est est soumis au vote des 169 conseillers régionaux depuis ce jeudi matin et jusqu'à vendredi midi, à l'hôtem de région à Metz. L'an dernier, le 1er budget de la nouvelle région n'était qu'un budget de transition, juste après les élections régionales. Là, le président Philippe Richert a pu mûrir un budget primitif 2017 "radicalement différent", dont les priorités sont l'emploi, la jeunesse et l'attractivité du territoire.

Cela passe notamment par les transports, l'une des principales compétences régionales, élargie au 1er janvier prochain à la compétence de transports scolaires (avec la loi NOTRe). Mais pour l'opposition, à la fois les socialistes et le Front national, il n'y a pas de stratégie claire qui ressort de ces 2,8 milliards d'euros de budget, dont 800 millions d'euros d'investissements .

"Nous attendions un peu plus de souffle"

Ce budget passe à côté des priorités des habitants estime l'élu front national de Lorraine, Florian Philippot : "Ces dépenses ne sont pas fléchées vers ce qui est utile pour nos compatriotes, notamment l'investissement pour les services publics dans la ruralité, pour l'enseignement supérieur". Le groupe PS aussi affute ses arguments contre ce budget jugé attentiste par la socialiste alsacienne Pernelle Richardot:"Nous attendions un peu plus de souffle, on voit qu'on est plutôt encore dans une période de transition, d'attentisme".

"Ce budget donne une nouvelle impulsion"

Droit dans ses bottes, le président Richert réaffirme au contraire que "ce budget est d'abord un budget qui donne une nouvelle impulsion". Et de citer les 200 TER supplémentaires qui circulent chaque jour dans la nouvelle région ou encore les 176 millions d'euros de soutien aux entreprises, à l'innovation. Avec notamment ce projet d'un fond souverain régional pour soutenir la trésorerie des entreprises, explique l'élue champardennaise LR Isabelle Héliot-Couronne: "Les entreprises ne périclitent pas par manque de carnet de commande mais bien au contraire à cause de trésories, et nous voulons les aider à passer ce cap". Cet outil, abondé pas la région et l'épargne des particuliers, a déjà été expérimenté en Alsace.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu