Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La Communauté d’agglomération Pays Basque reconnaît officiellement le basque comme langue de son territoire

-
Par , France Bleu Pays Basque

La Communauté d'agglomération Pays Basque a voté officiellement ce samedi la reconnaissance du basque comme langue de son territoire, aux côtés du français. Cela concerne également le gascon-occitan. Une décision symbolique.

La délibération a été votée à une très large majoritée : 145 voix pour, 18 contre, 22 abstentions
La délibération a été votée à une très large majoritée : 145 voix pour, 18 contre, 22 abstentions © Radio France - Théo Hetsch

Bayonne, France

C'était un conseil communautaire agité ce samedi 23 juin. De nombreuses délibérations étaient soumises au vote des élus de la communauté d'agglomération pays basque. Mais l'une d'entre elle a particulièrement occupé les élus : celle concernant la politique linguistique. La communauté d'agglomération reconnaît désormais officiellement le basque et le gascon-occitan comme langues de son territoire, aux côtés du français. Un vote sans appel : 145 voix pour, 18 contre, 22 abstentions

Une manière de marquer l'engagement de l'institution en faveur de ces langues régionales pour Benat Arrabit, vice-président chargé de la politique linguistique et maire d'Arossa : "la décision est symbolique, mais elle s'accompagne d'une politique linguistique forte, détaille l'élu, que ce soit la signalétique bilingue dans les transports, les factures, ou encore la formation au basque de chargés d'accueil dans les institutions".

Mais le diable se cache dans les détails. Une ligne a fait bondir Guy Mondorge, conseiller municipal d'Anglet et Président de l'Académie Gasconne de Bayonne Adour. Elle prévoyait que les actions en faveur du gascon soient limitées aux zones d'influences de cette langue et non, comme pour le basque, sur tout le territoire de la CAPB : "l'acte qui est posé va dans le bon sens, mais ce qui me gène c'est que le gascon est limité dans un territoire donné, alors qu'on met du basque partout, juge-t-il, j'ai employé le mot de réserve (NDLR : en référence aux indiens d'Amérique), c'est un petit peu ça : il y aurait les basques légitimes partout et les gascons limités à un territoire". La phrase polémique a finalement été supprimée et la délibération adoptée.

Par ailleurs, la communauté d'agglomération a réitéré son soutien à la fédération Seaska. Les élus demandent officiellement à l'Etat de respecter la convention qui le lie à Seaska et d'octroyer les moyens nécessaires. Les Ikastolas demandent 25 postes supplémentaires pour pallier l'arrivée de 230 élèves en plus. L'Office public de la langue basque, en calculant plus serré, fait état d'un besoin de 15 postes. Mais l'éducation nationale en prévoit 5,5.

Choix de la station

France Bleu