Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le blues des élus charentais

vendredi 3 novembre 2017 à 6:01 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

C'est une véritable épidémie ! Pas moins de 15 démissions d'élus depuis la mi-octobre en Charente. Des démissions d'élus, il y en a régulièrement, pour incompatibilité d'humeur, raisons de santé, responsabilités familiales ou obligations professionnelles. Mais là, Le malaise est profond.

Une épidémie de démissions d'élus a été enregistrée ces dernières semaines en Charente
Une épidémie de démissions d'élus a été enregistrée ces dernières semaines en Charente © Radio France - Pierre MARSAT

Charente, France

"Bonjour, vous allez bien ?"... "Non"... C'est souvent la réponse, ces temps-ci, d'élus de tous bords et de toutes fonctions, quand on leur demande des nouvelles de leur santé et de leur moral. Les élus charentais ont le blues, même s'ils ne démissionnent pas de leurs fonctions contrairement à ces deux femmes maires (à Saint Genis d'Hiersac et à Vouzan), qui emmènent dans leurs sillages plusieurs conseillers municipaux.
Depuis la mi-octobre, une quinzaine d'élus communaux, communautaires, d'opposition ou adjoints aux maires, ont décidé de raccrocher. Tous ne jettent pas l'éponge uniquement pour des raisons politiques, mais le ras-le-bol est bel et bien là.

"Aujourd'hui on n'a que des réclamations" - Anne-Marie Rocher, maire de Saint-Léger, vice-présidente de l'association des maires de Charente

Plusieurs explications : des charges qui s'accumulent, sans moyens pour y faire face (suppression de la taxe d'habitation, baisse des dotations de l'Etat, obligation d'enregistrer les PACS depuis le 1er novembre, transferts de compétences vers les communautés de communes). La fin de l'année approche, et la construction du budget 2018 est souvent inextricable. C'est aussi la mi-mandat, et certains qui pensaient déjà ne pas repartir en 2020 veulent arrêter dès maintenant. Plusieurs communes envisagent de fusionner avec les voisines. La Préfecture se contente d'enregistrer les démissions. L'association des maires écoute les doléances : sa vice-présidente, maire de Saint Léger depuis 30 ans, a elle-même envisagé de démissionner. Elle reste, par respect pour ses électeurs.

Interview de Anne-Marie Rocher, maire de Saint-Léger