Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Le casse-tête de l'affichage pour les élections européennes

-
Par , France Bleu Poitou

La campagne pour les élections européennes du 26 mai ouvre officiellement ce lundi 13 mai. Les communes doivent proposer des panneaux d'affichage pour chacune des 34 listes. Un problème, pour les petites communes, qui ne disposent pas d'assez de matériel.

Les 35 panneaux d'affichages doivent être installés dans chaque commune de France
Les 35 panneaux d'affichages doivent être installés dans chaque commune de France © Maxppp - Philippe TRIAS

Poitou-Charentes, France

C'est le puzzle que doivent résoudre les maires des petites communes depuis l'annonce des 34 listes validées pour les élections européennes qui se tiendront en France le 26 mai prochain : comment trouver assez de panneaux pour les affiches ? 

Légalement, les communes doivent fournir un panneau par liste, ainsi qu'un panneau informatif sur l'élection en cours. Soit un total de 35 panneaux. La campagne ouvre officiellement ce lundi 13 mai, date à laquelle chaque liste doit pouvoir accéder à ces espaces pour apposer leurs affiches. Le nombre de lieux d'affichage est réglementé, selon la taille de chaque commune. Or, toutes ne disposent pas d'assez de panneaux pour répondre à cette obligation d'information.

Des règles assouplies par la préfecture

"La préfecture a assoupli les règles, explique Alain Pichon, maire d'Antran et président dans la Vienne de l'association des maires de France. Pour Antran, nous avons trois lieux d'affichage obligatoires. Nous avons été autorisé à n'en avoir qu'un : aux abords du seul bureau de vote de la commune."

Autre adaptation autorisée par les services de l'Etat : les panneaux, s'ils sont assez large, pourront être divisés pour accueillir les affiches de deux listes au lieu d'une. Des panneaux en bois et des pans de murs, avec une signalisation avec de la peinture, sont aussi acceptés. "Grâce à cela, aucune commune de la Vienne n'est bloquée", assure Alain Pichon.

Il a tout de même fallu s'astreindre à des opérations de calcul. "Nous aurions du poser 245 panneaux dans sept lieux d'affichage", illustre Christine Piollet, maire de Naintré. La commune ne possède pas autant de panneaux, elle a donc réduit à quatre les endroits où les citoyens pourront s'informer. 

Des panneaux nombreux, mais à moitié vides

Peu de communes sont enclines à acheter de nouveaux panneaux qui peuvent coûter plusieurs centaines d'euros. "Quand aurons-nous besoin d'une telle quantité de panneaux ?", demande Christine Piollet. Les élections municipales, législatives et présidentielles opposent rarement autant de candidats. "Surtout qu'il faut ensuite les stocker, ces panneaux !"

"La situation est d'autant plus cocasse, renchérit Alain Pichon, que beaucoup de listes n'auront pas les moyens d'imprimer, d'envoyer et de faire coller des affiches dans chaque commune de France. Je suppose que nous aurons une quinzaine d'affiches, pas beaucoup plus." Le même problème se présentera sans doute pour les bulletins de vote et ceux qui souhaitent voter pour les petites listes dont les moyens financiers sont limités devront probablement imprimer eux-même les bulletins de vote.