Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le chantier du parking aérien de 500 places de Chambéry devrait commencer le mois prochain

vendredi 12 avril 2019 à 6:03 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

Après une délibération votée, ce jeudi, en conseil municipal, le maire annonce que le chantier du parking Ravet va débuter en mai. Le projet était bloqué depuis un an et demi. L'opposition l'accuse de passer en force. Les municipales sont lancées à Chambéry !

Chantier à venir
Chantier à venir © Radio France - Christophe Van Veen

Chambéry, France

Le conseil municipal de Chambéry s'est agité, ce jeudi soir, autour du chantier du parking de 500 places, le parking Ravet, collé à la voie ferrée. Ce chantier est à l'arrêt depuis un an et demi, à cause de plusieurs recours successifs de riverains devant le tribunal administratif. 

Le dernier recours contre le permis de construire n'a pas encore été purgé, mais le maire, Michel Dantin, a fait voter une délibération qui lance les travaux sans attendre le résultat des recours qu'il estime "abusifs". 

"J'ai pris l'avis de plusieurs juristes. J'avance." - Michel Dantin, le maire

La ville offre au constructeur Eiffage des garanties. En cas d'annulation du permis de construire par le tribunal, Chambéry prendrait en charge les pertes. Le maire estime qu'il n'y a pas de risque. "J'ai pris l'avis de plusieurs juristes, j'avance. Chambéry a besoin de ce parking. Il faudrait que le permis de construire soit contraire au Plan Local d'Urbanisme pour qu'il soit annulé. Ce qui n'est pas le cas, tout est conforme."

Passage en force, ou réponse à l'obstruction ? 

L'opposition ne partage pas cet optimisme et accuse Michel Dantin "de passer en force". Jean-Benoît Cerino, élu, au nom des opposants, critique la méthode et "le risque". "On est mis devant le fait accompli. Les risques financiers ne sont pas évalués en cas de décision contraire du tribunal administratif. Le dernier recours a été déposé en septembre 2018. Il suffisait d'attendre. Le maire passe outre. Il a le droit d'agir. Nous contestons la méthode."

"Nous ne sommes pas dans l'obstruction. Le maire doit écouter la population." - Jean-Benoît Cerino, opposition

Les recours ont été portés par des riverains, se défend l'opposition. _"Nous ne sommes pas dans l'obstruction. Nous avons aussi proposé un autre projet, de 300 places, moins haut."  Ce projet, en partie souterrain, est "irréaliste et dispendieux "selon Michel Dantin car "il faudrait creuser dans la roche."_

Pour l'instant, le panneau du projet est à terre. - Radio France
Pour l'instant, le panneau du projet est à terre. © Radio France - Christophe Van Veen

Pour le maire, les masques tombent. "Certains de ces riverains ont été candidats dans des élections. Certains n'habitent même pas à Chambéry. On voit bien, dans l'empressement de l'opposition à les soutenir, la preuve d'une obstruction permanente." 

La campagne électorale de 2020 est lancée

Ce parking Ravet est l'occasion pour les deux camps de donner de la voix avant de récolter celle des électeurs. La campagne pour les municipales est donc bien lancée. "C'est tôt. Un peu trop tôt à mon goût" estime Michel Dantin, candidat à sa succession. "Mais vu l'état dans lequel j'ai trouvé les finances et la ville de Chambéry quand je suis arrivé, je ne redoute pas cette campagne". 

Jean-Benoît Cerino se défend de polémique tacticienne. "Le maire, oui, est en campagne. Pas nous." De fait, il n'y a encore à ce jour pas de candidat d'opposition déclaré. Ce qui est déclaré, c'est la guerre électorale. Dans sa délibération, le maire annonce que, conformément à la loi, il poursuivra les recours abusifs en justice. 

Le parking va coûter 12 millions d'euros pour une livraison au printemps 2020... juste après les élections municipales.