Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Emmanuel Macron à Ouvéa, "le combat des Kanaks pour retrouver leur dignité était juste"

samedi 5 mai 2018 à 11:17 Par Géraldine Marcon, France Bleu

30 ans jour pour jour après la mort de 19 Kanaks et deux militaires dans l'assaut de la grotte d'Ouvéa, Emmanuel Macron se rendait ce samedi sur place. Une étape symbolique pour honorer les victimes et "réconcilier toutes nos histoires" selon le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron accueilli à son arrivée à Ouvéa.
Emmanuel Macron accueilli à son arrivée à Ouvéa. © AFP - Ludovic Marin

Le président de la République se rendait ce samedi matin à Ouvéa, l’étape la plus symbolique de son déplacement en Nouvelle-Calédonie. Dans son discours, le chef de l’état est revenu sur "la douleur de la colonisation, avec la ségrégation", et il a estimé que "le combat des Kanaks pour retrouver leur dignité était juste".

Je suis à Ouvéa pour honorer tous les morts" - Emmanuel Macron

Emmanuel Macron qui se refuse à "considérer qu'il y aurait les victimes des uns et les victimes des autres. La Nation se reconnait dans elles toutes". 30 ans jour pour jour après la mort de 19 kanaks et deux militaires dans l’assaut de la grotte, le président de la République a tenu à dire qu’il était venu "à Ouvéa pour honorer tous les morts", "ce que nous avons fait ce matin c'est réconcilier toutes nos histoires" a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron en retrait lors du dépôt de gerbe 

Un peu plus tôt, le président de la République était resté en retrait au moment où les familles déposaient une gerbe sur le mémorial de Wadrilla dédié aux 19 militants Kanaks tués en 1988. Face à l’opposition d’un collectif d’habitants, Emmanuel Macron avait choisi de ne pas déposer lui-même la gerbe, pour "apaiser tout le monde" et "compte tenu de cette voix dissidente". Emmanuel Macron est le premier chef d'Etat à se rendre à Ouvéa depuis les événements du 5 mai 1988. 

Un référendum d'autodétermination sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie se tiendra le 4 novembre prochain. Le président de la République a expliqué qu'il ne prendrai pas parti dans ce débat, "ce n'est pas au chef de l'Etat de prendre position sur une question qui n'est posée qu'aux seuls Calédoniens", cela ne ferait que "biaiser le débat" a-t-il estimé. A quelques mois de ce référendum, Emmanuel Macron a aussi remis officiellement au gouvernement collégial de Nouvelle-Calédonie les deux actes de prise de possession de ce territoire par la France en 1853. Ces deux documents seront désormais exposés au centre culturel Tjibaou à Nouméa.