Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le Congrès de Versailles et les parlementaires de la Loire : qui y va, qui n'y va pas ?

lundi 9 juillet 2018 à 12:02 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Certains parlementaires dénoncent une "rencontre" inutile et très coûteuse. On fait le tour des députés et sénateur de la Loire, pour savoir qui ira ou non au Congrès de Versailles ce lundi.

Les parlementaires réunis autour d'Emmanuel Macron en juillet 2017.
Les parlementaires réunis autour d'Emmanuel Macron en juillet 2017. © Maxppp -

Loire, France

Depuis la révision constitutionnelle de 2008, le chef de l'État peut prendre la parole devant les deux chambres du Parlement réunies à Versailles. Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote. Et visiblement, Emmanuel Macron aime ça. Il avait déjà réuni le parlement en Congrès à Versailles en juillet 2017. Il a donc redonné rendez-vous aux parlementaires. Mais certains vont encore sécher. 

C’est le cas de Régis Juanico, qui n’y était pas non plus en juillet 2017. Le député de gauche estime que "la possibilité pour le Président de la République de s’exprimer devant le Congrès doit à mes yeux rester exceptionnelle. On ne convoque pas le Congrès par convenance personnelle pour en faire un rituel par ailleurs fort coûteux pour les finances publiques, à l’heure où d’importants efforts sont demandés aux Français les plus modestes. " Régis Juanico qui poursuit avec une défense du Parlement et de ses droits. "Force est de constater que ceux-ci sont bafoués par le Président de la République. Le Parlement ne doit pas devenir une chambre d’enregistrement." 

La sénatrice communiste Cécile Cukierman ira à Versailles. Mais avant elle ira prêter avec ces collègues députés du groupe GDR et sénateurs CRCE afin de prêter serment, devant la salle du Jeu de Paume avec l’engagement solennel suivant:  « Moi, élue et citoyenne, attachée à la République et à la démocratie, dénonce le projet de révision de nos institutions par le Président de la République, la dérive monarchique de notre régime qu’il aggrave encore, la méthode qui consiste à le faire adopter dès cet été, sans débat public dans le pays, sans consulter nos concitoyens, alors qu’il s’agit d’un bouleversement majeur de nos institutions et de la Constitution." 

Même sentiment pour le député Dino Cinieri, le député LR. Lui y va , même s'il pense que si c'est inutile, il estime faire son un devoir. "On se réunit pour rien. Ca va couter 300.000 euros. C'est une exercice perdu d'avance.