Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le conseil des ministres dissout le conseil municipal du Perthus

mercredi 3 octobre 2018 à 17:32 Par François David, France Bleu Roussillon

La commune du Perthus (Pyrénées-Orientales) va devoir organiser de nouvelles élections. Le conseil municipal a été dissous ce mercredi, sur proposition du Premier ministre.

Le conseil municipal du Perthus est dissous sur proposition du Premier Ministre
Le conseil municipal du Perthus est dissous sur proposition du Premier Ministre © Maxppp - Nicolas Parent

Le Perthus, France

C’est tout sauf une surprise : le conseil des ministres a prononcé ce mercredi la dissolution du conseil municipal du Perthus, commune d’environ 600 habitants à la frontière franco-espagnole. Depuis de longs mois, la commune ne disposait plus de majorité, ce qui entraînait une situation de blocage. Ainsi, en 2017, la commune n’avait pas été en mesure de voter son budget

Une crise qui dure depuis plusieurs années

Tout a basculé en 2014, lorsque l'État a subitement réclamé à la commune plus d’un million d'euro. En fait, Le Perthus avait oublié de payer la TVA sur les énormes recettes générées par ses parkings payants.

Dans l’obligation d’augmenter considérablement les impôts, le maire de l’époque a préféré démissionner, suivi par son premier adjoint et quatre conseillers municipaux. Ce qui a provoqué des élections partielles en novembre 2015. C'est alors Marie-Hélène Ruart-Lucquin qui s'est assise dans le fauteuil de maire. En seulement deux ans, avec son équipe, elle a réussi à redresser les comptes de sa commune, mais parfois à coups de mesures douloureuses. La majorité n'y a pas résisté.

Mois après mois, la tension est montée, l'ambiance est devenue délétère, pour aboutir à une situation de blocage total. Le sous-préfet de Prades a fini par demander la dissolution du conseil municipal.

La préfecture doit maintenant nommer une délégation spéciale, chargée d’administrer les affaires courantes dans l’attente de prochaines élections.