Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le conseil municipal de Marseille refuse de donner le nom d'Ibrahim Ali à l'avenue des Aygalades

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

Bruno Gilles, sénateur LR des Bouches-du-Rhône, regrette la décision de la mairie de Marseille qui a rejeté lundi l’amendement de la socialiste Samia Ghali demandant que cette avenue des quartiers nord soit rebaptisée du nom du jeune de 17 ans assassiné par des militants du FN en 1995.

Chaque année depuis 24 ans, les proches d'Ibrahim Ali se retrouvent avenue des Aygalades, où a été tué le jeune homme
Chaque année depuis 24 ans, les proches d'Ibrahim Ali se retrouvent avenue des Aygalades, où a été tué le jeune homme © Maxppp -

Marseille, France

Invité de France Bleu Provence matin, Bruno Gilles, sénateur Les Républicains des Bouches-du-Rhône et candidat à la mairie de Marseille, a regretté la décision de la majorité LR du conseil municipal qui a refusé de donner le nom d'Ibrahim Ali à l'avenue des Aygalades dans les quartiers nord de la ville. "J'y suis favorable" a déclaré le sénateur. 

"On peut avoir des désaccords dans la même famille politique."

"On peut avoir dans la même famille politique des désaccords. C'en est un", a poursuivi Bruno Gilles qui a expliqué "partir du principe que quand une décision ne correspond pas à ce que veut la famille, on change de braquet. La réponse aujourd'hui est de dire qu'on a donné le nom d'Ibrahim Ali à un rond-point. Mais ce n'est pas ce que veut la famille", a répété le sénateur marseillais qui plaide pour ajouter à l'avenue des Aygalades le nom d'Ibrahim Ali, un adolescent d'origine comorienne tué en 1995 par des colleurs d'affiches du Front national. 

Le sénateur LR des Bouches-du-Rhône Bruno Gilles

Le sénateur LR des Bouches-du-Rhône, Bruno Gilles - Maxppp
Le sénateur LR des Bouches-du-Rhône, Bruno Gilles © Maxppp -