Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Migrants en Méditerranée : le Alan Kurdi attendu à Olbia en Sardaigne

-
Par , France Bleu RCFM, France Bleu

Après avoir fait route vers la France le navire humanitaire devrait débarquer ce vendredi les 125 migrants secourus à son bord, selon l'ONG Sea-Eye. Le président de la région autonome de Sardaigne conteste cette décision de Rome.

Le Alan Kurdi attendu dans le port d’Olbia en Sardaigne
Le Alan Kurdi attendu dans le port d’Olbia en Sardaigne © Maxppp - CATI CALDERA

Le navire devrait atteindre le port sarde ce vendredi 25 septembre vers 6h00 du matin et pouvoir procéder au débarquement des personnes secourues en mer, parmi lesquelles des enfants. Le Alan Kurdi espère ensuite pouvoir faire route vers le port de Marseille où il doit notamment procéder à un changement d'équipage.

Plus tôt dans la journée, le navire humanitaire avait atteint le port d'Arbatax en Sardaigne et "reçu l'instruction des autorités portuaires de jeter l'ancre et d'attendre de plus amples instructions", avait indiqué l'organisation. À Rome, le ministère italien de l'Intérieur avait affirmé avoir autorisé le bateau à débarquer les personnes à bord. 

"La procédure de relocalisation européenne a été lancée en même temps que l'autorisation à ces requêtes (de s'abriter et de débarquer les migrants, ndlr). 80% des migrants secourus seront transférés dans d'autres pays européens", a assuré le ministère italien dans un communiqué.

Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal avait indiqué mercredi que le bateau de Sea-Eye devait "être accueilli dans le port sûr le plus proche", la France déclinant ainsi implicitement toute possibilité de laisser accoster le navire à Marseille. 

Un débarquement et des tensions politiques en Sardaigne après l'accord entre Paris et Rome

Selon notre confrère et collaborateur de l’émission Mediterradio, Vito Biolchini, basé à Cagliari : "Le port d’Arbatax qui avait été pressenti au départ pour le débarquement n’est pas suffisamment équipé pour une telle opération, c’est donc le port d’Olbia plus au nord de l’île qui a été choisi.

Mais le président de la région autonome de Sardaigne Christian Solinas, qui n’a pas été consulté ne valide pas la décision du gouvernement italien. Il faut préciser que le président Solinas appartient à la mouvance de Matteo Salvini, la Ligue, qui est toujours opposée à l’arrivée de migrants en Italie.

Le représentant sarde de la Ligue accuse le gouvernement italien de s’être plié au refus du président français d’un débarquement des migrants à Marseille.

Il faudra suivre si le navire accostera réellement à Olbia, mais l’odyssée du Alain Kurdi devra cesser là,  notamment en raison du mauvais temps en mer qui, de toute façon, le contraindra à accoster."

(Avec AFP)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess