Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le délégué interministériel à la sécurité routière en Loire-Atlantique pour défendre le 80 km/h

lundi 12 mars 2018 à 9:02 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan

Le délégué interministériel à la sécurité routière est en Loire-Atlantique ce lundi et ce mardi. Il va notamment défendre le passage à 80 km/h des routes secondaires au premier juillet prochain. Il était l'invité de France Bleu Loire Océan ce lundi matin.

Emmanuel Barbe lors d'une opération de contrôles routiers dans les Landes
Emmanuel Barbe lors d'une opération de contrôles routiers dans les Landes © Maxppp -

Loire-Atlantique, France

Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, est en Loire-Atlantique ce lundi et ce mardi. Il vient défendre les mesures annoncées par le gouvernement dont le passage à 80 kilomètres/heure sur les routes secondaires sans séparation de voies au premier juillet prochain. Il a provoqué de nombreuses manifestations ces dernières semaines, notamment de la part des motards en colère à Nantes. Avant sa venue dans la région, Emmanuel Barbe était l'invité de France Bleu Loire-Océan ce lundi matin.

C'est là où on a l'impression qu'on est en sécurité et qu'on peut accélérer  qu'il y a le plus de morts

Voilà ce qu'il répond à tous ceux qui ne veulent pas des 80 kilomètres/heure : "c'est sur les routes que nous avons visées qu'il y a le plus de morts. En 2016, ce sont 1.911 personnes qui sont décédées sur ce type de routes. Et, avec cette mesure, nous espérons épargner entre 300 et 400 vies par an, ce qui est considérable. Ce que je vais aussi leur dire, c'est que ça ne leur fera pas perdre beaucoup de temps. Entre les réductions de vitesse déjà existantes, et celles qu'il y a aussi dans les villes, le 30 kilomètres/heure, ça fera des temps de parcours qui seront très très peu rallongés". Selon une étude de nos confrères du journal Le Monde, en passant de 90 à 80 kilomètres/heure, on perdrait deux minutes sur un trajet de 25 kilomètres. Une fois de temps en temps, ce n'est rien, mais quand on fait beaucoup de route comme les commerciaux ou les artisans, ces minutes s'accumulent, deviennent agaçantes, surtout pour les trajets où il y a de belles lignes droites qui donnent envie d'accélérer. "Justement, là où on a l'impression qu'on est en sécurité et qu'on peut accélérer, c'est là qu'il y a le plus de morts", poursuit Emmanuel Barbe. "Les statistiques montrent que la nuit, quand il pleut, comme tout le monde ralentit, il y a peu de mort."

Des voitures-radars conduites par des entreprises privées pour qu'elles tournent plus

Pour faire appliquer cette mesure à partir du premier juillet prochain, il y aura davantage de contrôles reconnait Emmanuel Barbe. "Il y a déjà un système de radars performants en France qu'on ne va pas augmenter significativement. Jusqu'à la fin de l'année, nous allons expérimenter le fait de confier la conduite, et je dis bien uniquement la conduite, des voitures-radars à des entreprises privées pour qu'elles tournent plus. Donc, effectivement, si on dit que baisser la vitesse que l'ensemble de ces routes, c'est baisser le nombre de morts, il faut avoir un système de contrôles pour assurer le respect de cette nouvelle limitation. Je tiens aussi à dire que le surplus des recettes radars - qui devrait être un peu plus fort au début et puis ensuite, on s'habituera - sera exclusivement affecté à l'amélioration des conditions de soin des victimes de la route dans les hôpitaux. Il ne s'agit pas de boucher les trous du budget avec cela".

Quoiqu'il en soit, la fédération des motards en colère du 44 et « 40 Millions d’automobilistes » appellent tous les usagers de la route, conducteurs de deux-roues motorisés et automobilistes à se rassembler ce mardi 13 à partir de 10h30 devant la préfecture de Loire-Atlantique à Nantes pour « accueillir » Emmanuel Barbe et lui montrer son opposition aux 80 km/h.