Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La Métropole lilloise va-t-elle prendre les compétences du département sur son territoire en 2021 ?

lundi 1 octobre 2018 à 21:12 Par Stéphane Barbereau, France Bleu Nord

Emmanuel Macron a reçu, ce lundi après-midi, à l'Elysée les présidents de cinq métropoles, dont Damien Castelain, à la tête de la Métropole Européenne de Lille. Le Président de la République veut créer 5 super métropoles françaises en 2021 pour rivaliser avec les plus grandes villes en Europe.

Le jardin des géants et le siège de la Mél, au fond
Le jardin des géants et le siège de la Mél, au fond - Métropole Européenne de Lille

Lille, France

La réunion a duré 1h30 au Palais de l'Elysée ce lundi après-midi. Le Président de la république, entouré du Ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb et du Ministre de l'Aménagement du territoire, Jacques Mézard, a reçu les présidents des 5 principales métropoles françaises, après Paris-Lyon-Marseille. Parmi ces élus, Damien Castelain, le président de la Métropole Européenne de Lille. Le chef de l'Etat veut créer des métropoles d'intérêt européen, capables de rivaliser sur la scène européenne pour attirer toujours plus d'emplois.

La réforme lyonnaise appliquée au Nord

Concernant le rapprochement d'une métropole avec un département, il n'existe qu'un seul exemple en France : en 2015, le Grand Lyon a "fusionné" avec le département du Rhône. La métropole a pris les compétences du département sur son territoire : c'est elle qui gère les collèges, l'Apa (allocation personnalisée d'autonomie), l'agrément des assistantes maternelles,... Si cette réforme était appliquée telle quelle dans le Nord, le département perdrait 90 communes, verrait sa population diminuer de 43% et passerait du département français le plus peuplé au sixième, juste devant le Pas-de-Calais. le président (divers droite) du conseil départemental, Jean-René Lecerf, a surtout du mal à imaginer la logique géographique dans cette hypothèse et les économies qui seraient réalisées : 

Si on retire la Métropole lilloise du département du Nord, on se trouve devant deux départements, je ne suis pas sûr que ce soit une solution d'avenir

La métropole lilloise est situé en plein coeur du département du Nord - Radio France
La métropole lilloise est situé en plein coeur du département du Nord © Radio France - Eric Turpin

Dans le Rhône, le budget du département a été divisé par trois depuis ce nouveau découpage. L'autre grand changement serait électoral, puisque la future assemblée de la métropole lilloise serait élue au suffrage universel direct, en même temps, que les élections municipales. Ce qui légitimerait davantage un président métropolitain devenu très puissant. La contre-partie serait des maires aux pouvoirs limités selon Jean-René Lecerf : 

Si ce grand projet se fait, demain, les maires de la Métropole inaugureront les chrysanthèmes et après-demain, ils disparaissent

Damien Castelain met son veto à la disparition des communes

A la sortie de la réunion avec le Président de la République, Damien Castelain se montre prudent : 

C'est plus d'agilité et de facilité pour les habitants, il faut arrêter le mille-feuilles territorial mais nous souhaitons un transfert de compétences sans perte financière

A Lyon, le transfert de compétences n'a pas été totalement compensé par l'Etat, selon le président de la Mel, Damien Castelain : 

Si c'est récupérer les compétences sociales du département sans compensation, alors c'est niet ! Chacun reste chez soi, chacun dans sa chacunière comme disait Pierre Mauroy.

Damien Castelain, le président de la Métropole européenne de Lille - Maxppp
Damien Castelain, le président de la Métropole européenne de Lille © Maxppp - La Voix du Nord

Autre inquiétude, le changement de mode de scrutin du conseil métropolitain que va entraîner cette réforme. Les conseillers sont issues aujourd'hui des listes aux élections municipales. A l'avenir, on votera pour le conseil municipal et en même temps pour le conseil métropolitain avec des listes de partis politiques sur plusieurs communes à la fois. Un mode de scrutin  qui fera que, mécaniquement, certaines petites communes n'auront aucun représentant à la Métropole. C'est inacceptable pour Damien Castelain, maire de Péronne-en-Mélantois, à la tête du groupe des petites communes à la Mel :

Je ne suis pas dans la peau du kamikaze. je suis dans la peau de celui qui défend les intérêts des communes. Ce mode de scrutin ne doit pas aller vers la disparition des communes. 

Le Président de la République doit recevoir prochainement les présidents des 5 départements concernés par ce transfert de compétences. Il doit arbitrer d'ici trois semaines sur cette réforme qui pourrait être débattue au parlement en 2019.