Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le député corrézien Christophe Jerretie quitte le groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale

-
Par , France Bleu Limousin

Christophe Jerretie n'est plus officiellement élu de la République en Marche. Le député de la Corrèze quitte le groupe LREM à l'Assemblée nationale. Il rejoint celui du Modem et apparentés, le troisième en importance. Une décision mûrement réfléchie.

Christophe Jerretie reste dans la majorité présidentielle. Mais après avoir quitté le groupe LREM pour le groupe Modem il n'exclut pas d'entrer aussi dans le parti centriste
Christophe Jerretie reste dans la majorité présidentielle. Mais après avoir quitté le groupe LREM pour le groupe Modem il n'exclut pas d'entrer aussi dans le parti centriste © Radio France - Philippe Graziani

"C'est un choix réfléchi depuis un an" assure Christophe Jerretie. Le député de la première circonscription de la Corrèze a annoncé ce mercredi qu'il quittait officiellement le groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale. Mais il reste tout de même dans la majorité présidentielle puisqu'il a décidé de rejoindre le groupe Modem et apparentés, le troisième en importance et affilié à la majorité. Le groupe LREM a manqué "d'évolution dans son organisation et aussi dans ses valeurs et ses idées" estime Christophe Jerretie. "Il y a une usure" reconnait-il. 

Rien à voir avec les municipales

Le député se défend en revanche de vouloir en quelque sorte quitter le navire qui l'a fait élire mais qui lui a sans doute nui lors des municipales à Naves. "Je savais qu'à Naves ce serait très compliqué. Il n'y a aucun lien puisque je reste dans la majorité présidentielle" explique-t-il. Et il se défend tout autant de vouloir se débarrasser de l'étiquette LREM avant les prochaines législatives dans deux ans. "La question de dans deux ans n'est pas utile aujourd'hui. Par contre de réfléchir à comment on fait évoluer la société vers le bon sens et la vision modérée, vers l'effort de tous, c'est ça qu'on doit construire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess