Politique

Le député côte-d'orien Rémi Delatte (LR) favorable à la rétention des personnes fichées S

Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne jeudi 8 septembre 2016 à 20:48

Le député côte-d'orien Rémi Delatte (LR), après sa visite de la Maison d'arrêt à Dijon
Le député côte-d'orien Rémi Delatte (LR), après sa visite de la Maison d'arrêt à Dijon © Radio France - Stéphanie Perenon

Le député côte-d'orien Rémi Delatte (LR), a visité ce jeudi 8 septembre la maison d'arrêt de Dijon. Face à la menace terroriste, il prône plus de fermeté et se dit favorable à la rétention des personnes dont les services de renseignement connaissent la dangerosité.

Rémi Delatte, le député côte d'orien Les républicains, a visité la maison d'arrêt de Dijon. Ce n'était pas la première fois,  il s'agissait d'une visite dans le cadre de ses fonctions de député. Il en a profité pour rencontrer le nouveau directeur nommé récemment, mais aussi des surveillants et l'un des syndicats représentés au sein de la maison d'arrêt.

En matière de surpopulation carcérale, le député reconnait que le cas de l’établissement dijonnais n'est pas parmi les plus préoccupants. Et s'il se réjouit des annonces du gouvernement qui prévoit le recrutement de 2500 surveillants supplémentaires en France, cela reste insuffisant. Le député côte-d'orien veut davantage de moyens mais aussi la revalorisation des rémunérations des surveillants mais aussi des personnels de l'administration pénitentiaire.

Mettre les personnes fichées S hors d'état de nuire

Rémi Delatte s'est dit favorable à la rétention des personnes fichées S , "à partir du moment où une personne fait allégeance à l’État Islamique, je crois que c'est quelqu'un qui rentre dans un processus où il est capable de passer à l'acte, dans ce cas, si la personne n'est pas française,  elle doit être renvoyée dans son pays d'origine, ou en tout cas   cas placée de façon à ce qu'elle ne puisse pas nuire ." Le président des Républicains 21, durcit ainsi le ton, mais nuance un peu en précisant " sans remettre les droits de l'homme en cause, il faut que l'on fasse preuve de plus de fermeté et d'autorité, pour autant je ne suis pas favorable comme certains au port du bracelet électronique pour toutes les personnes fichées S. C'est une mesure qui là, ne respecterait pas les droits de l'homme et je  ne suis pas sûr que ce serait efficace."

Rémi delatte, le député de la deuxième circonscription de Côte-d'Or

Rémi Delatte, par ailleurs maire de Saint-Apollinaire, est l'un des soutiens de François Fillon, candidat à la primaire à droite.

Partager sur :