Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le député insoumis François Ruffin à l'hôpital de Saint-Nazaire pendant le discours de politique générale

-
Par , France Bleu Loire Océan

Alerté par le mail d'un médecin urgentiste de Saint-Nazaire, le député insoumis François Ruffin avait promis de venir rencontrer les équipes hospitalières ce mercredi. Il a choisi de ne pas modifier son programme alors qu' Edouard Philippe prononçait son discours de politique générale.

François Ruffin a rencontré et écouté les personnels de l'hôpital
François Ruffin a rencontré et écouté les personnels de l'hôpital © Radio France - Anne Patinec

Saint-Nazaire, France

C'est un mail écrit par un médecin urgentiste à deux heures du matin à la sortie de sa garde qui a alerté François Ruffin sur la situation très tendue du service des urgences de  l'hôpital de Saint-Nazaire. Dans ce courrier, le médecin raconte sa détresse, les difficultés quotidiennes de l'équipe, la saturation du service, les malades qui passent des heures voire des jours sur les brancards, la peur de se tromper dans un diagnostic, les gens qui craquent... Le député de la Somme, François Ruffin (la France insoumise) promet de venir à la rencontre des personnels ce mercredi, avant que le Premier Ministre Edouard Philippe ne programme son discours de politique générale. François Ruffin a décidé de ne pas modifier son programme, estimant sa présence plus utile à Saint-Nazaire qu'au Palais Bourbon . Il a rencontré la direction de l'établissement et partagé une table-ronde avec des salariés pour une "commission d'enquête officieuse et décentralisée". 

Je lance l'alerte. J'aide à mettre des visages, des chiffres sur une situation insupportable. Pour l'instant, la réponse de la Ministre de la Santé, Agnès Buzyn est de culpabiliser les soignants comme les patients. Il faut une réponse en terme de compréhension humaine et en terme de moyens" François Ruffin

Banderole à l'entrée du service des urgences de Saint-Nazaire - Radio France
Banderole à l'entrée du service des urgences de Saint-Nazaire © Radio France - Anne Patinec

La bobologie n'est pas le problème

Selon le chef du service des urgences de l'hôpital de Saint-Nazaire, Rachid Yousfi, "ce n'est pas la bobologie qui pose problème et qui représente moins de 10% des entrées aux urgences mais le vieillissement de la population et les pathologies chroniques". La tension est devenue quotidienne dans le service des urgences car en aval, les autres services sont également saturés donc les malades restent plus longtemps aux urgences. Depuis le 10 mai, les personnels des urgences, dont les médecins, sont en grève mais travaillent car ils sont assignés. 67 000 entrées sont comptabilisées chaque année.