Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le député LR de Paris Pierre Lellouche quitte la vie politique, dégoûté par "l'hystérie de la secte" Fillon

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La charge est violente. Le député LR de Paris, Pierre Lellouche jette l'éponge, décide de se retirer de la vie politique et de rendre sa carte du parti. Il se dit "dégoûté" après une campagne présidentielle vécue "comme une épreuve épouvantable".

Pierre Lellouche, 3 juin 2014, à l'Assemblée nationale à Paris. (Photo d'illustration)
Pierre Lellouche, 3 juin 2014, à l'Assemblée nationale à Paris. (Photo d'illustration) © AFP - FRANCOIS GUILLOT

PIerre Lellouche, député LR de Paris, quitte la vie politique et rend sa carte du parti.

A bientôt 66 ans et après 24 ans de mandat à l'Assemblée Nationale, j'ai la conviction que le moment est venu pour moi de laisser la place à la génération suivante

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pierre Lellouche égratigne dans une "lettre à ses concitoyens" son candidat François Fillon. Le candidat, vainqueur de la primaire de la droite et du centre, s'est maintenu "jusqu'au bout du suicide personnel et collectif". Résultat, "ma famille politique en est réduite à appeler à voter Emmanuel Macron". Une posture que Pierre Lellouche qualifie d'"incohérente" mais aussi de "périlleuse". Il estime que si on va au bout de la démarche, autant "retirer tous nos candidats en faveurs des siens" et à ce moment-là, le FN deviendrait "la seule force d'opposition".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess