Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le député-maire LR de Vesoul Alain Chrétien lâche le candidat Fillon

mercredi 1 mars 2017 à 18:11 Par Véronique Narboux, France Bleu Besançon

Le député-maire LR de Vesoul se met en retrait de la campagne présidentielle de François Fillon. Question de respect de la parole donnée selon l'élu vésulien qui rappelle que le candidat de droite s'était engagé à se retirer en cas de mise en examen dans l'affaire Penelope.

Alain Chrétien, député-maire LR de Vesoul, à l'assemblée nationale
Alain Chrétien, député-maire LR de Vesoul, à l'assemblée nationale © Maxppp - Vincent Isore

Vesoul, France

Alain Chrétien, le député-maire LR de Vesoul a choisi de se mettre en retrait de la campagne présidentielle de François Fillon. Avec cette décision, il emboîte le pas, notamment, à Bruno Le Maire qui a décidé, ce 1er mars, de démissionner de son poste de "représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon". Question de crédibilité et de respect de la parole donnée selon ces parlementaires qui désapprouvent le maintien coûte que coûte de François Fillon dans la course à l'Elysée.

Le candidat de la droite a annoncé à la mi-journée qu'il se rendrait à la convocation des juges, le 15 mars prochain, en vue d'une mise en examen dans l'affaire Penelope. Mais contrairement à ce qu'il avait promis le 26 janvier dernier, à savoir son retrait en cas de mise en examen, François Fillon assure qu'il sera candidat. Il dénonce aussi ce qu'il qualifie "d'assassinat politique"

Reste tout de même une fidèle parmi les fidèles à François Fillon : Annie Genevard, la députée-maire de Morteau, membre de son comité de campagne, qui reconnaît que cette mise en examen à venir "est une difficulté". Mais s'il se retire, dit-elle, "ça veut dire qu'il n'y a plus de candidat de droite et du centre à la présidentielle ; c'est la moitié de l'électorat français qui serait privé d'un choix qui, normalement, doit se porter sur un candidat de la droite et du centre. C'est une épreuve pour tout le monde mais la détermination, la force de la personne, la force du projet, la force de la conviction ont toute leur importance."

LIRE AUSSI : Après l'annonce de son maintien, les défections s'enchaînent dans le camp de François Fillon