Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le député sarthois Jean-Carles Grelier, ex-LR, rejoint "Agir"

-
Par , France Bleu Maine

Invité de France Bleu Maine, le député de la cinquième circonscription de la Sarthe clarifie sa position. Après avoir quitté le parti Les Républicains puis, dans la foulée des élections européennes, le groupe parlementaire LR, il annonce rejoindre "Agir" autrement appelé "la droite constructive".

Jean-Carles Grelier est député de la cinquième circonscription de la Sarthe.
Jean-Carles Grelier est député de la cinquième circonscription de la Sarthe. © Maxppp - Thomas Padilla

Le Mans, France

Cette fois, les choses sont claires : Jean-Carles Grelier quitte pour de bon le parti Les Républicains. Le député de la cinquième circonscription de la Sarthe n'en a plus la carte "depuis deux ans", autrement dit, depuis son élection sous cette étiquette face à un candidat de la République en Marche en 2017, après l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Depuis les élections européennes, il y a un peu plus de deux semaines, Jean-Carles Grelier ne siège plus avec le groupe Les Républicains à l'Assemblée Nationale

ECOUTER - Jean-Carles Grelier, invité de France Bleu Maine mardi 11 juin 2019

Sur France Bleu Maine il annonce rejoindre le groupe "Agir", autrement appelé "la droite constructive". L'élu explique : "je veux retrouver cette liberté de pouvoir, sur certains sujets, soutenir l'action du gouvernement et sur certains autres m'y opposer. J'ai le sentiment que je n'avais plus cette liberté chez Les Républicains. Le groupe parlementaire est assez cadenassé, il s'est enfermé dans l'entre-soi".   

Des désaccords sur les idées  

Jean-Carles Grelier pense dans le même temps à la refondation de la droite : "cette liberté de parole et d'appréciation doivent nous permettre de bâtir un vrai projet politique alternatif entre Emmanuel Macron d'un côté et Marine Le Pen de l'autre". Sur le fonds, Jean-Carles Grelier explique ne plus être en phase avec Les Républicains tels qu'ils ont évolué ces derniers mois. Le député de la Sarthe appelle à un renouvellement des idées à droite : "on s'est beaucoup concentrés sur les questions de civilisation, sur les problèmes d'immigration, de sécurité et d'ordre mais il y a toute la dimension sociale. Par exemple, "on parle beaucoup de la dépendance comment la finance-t-on? On parle beaucoup de la santé et du déficit qui s'accroît de la sécurité sociale : comment y remédie-t-on?"   

Pour les municipales au Mans : "rassembler largement"  

Pour les élections municipales au Mans l'année prochaine, Jean-Carles Grelier se dit favorable à une même stratégie d'un large rassemblement. Sur France Bleu Maine, il écarte l'hypothèse de sa propre candidature. "Aujourd'hui, Marietta Karamanli (députée socialiste, ndlr) est en train de mordre les mollets de Stéphane Le Foll à toutes les occasions. La République En Marche se divise et n'est pas capable de rassembler une vraie majorité", constate le député sarthois. "Il faut que la droite soit intelligente, qu'elle se rassemble, qu'elle fasse montre d'une véritable ambition pour la ville du Mans et pour chacune et chacun des Manceaux. Une fois qu'on aura fait ça, le choix du candidat deviendra finalement un peu accessoire".