Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le drapeau européen confirmé à l'Assemblée et bientôt promu avec les autres symboles de l'Union

jeudi 9 novembre 2017 à 20:37 Par Anja Vogel, France Bleu

Nouvelle défaite pour Jean-Luc Mélenchon et les élus de La France insoumise: après le refus des députés de remplacer le drapeau bleu étoilé par celui de l'ONU, l'Assemblée nationale confirme sa présence, y compris à l'extérieur de l'hémicycle, et veut promouvoir tous les symboles de l'Union.

Les députés de la France insoumise ne voulaient plus du drapeau européen; ils devront bientôt le supporter dans tous les lieux du Palais-Bourbon
Les députés de la France insoumise ne voulaient plus du drapeau européen; ils devront bientôt le supporter dans tous les lieux du Palais-Bourbon © Maxppp - Bruno Levesque

On pourrait appeler cela l'effet boomerang. Les députés de la France insoumise ne voulaient plus voir le drapeau européen dans l'hémicycle, ont même tenté de le remplacer par celui des Nations-Unies. Le 11 octobre, l'Assemblée nationale a voté contre, et cette semaine le bureau, sa plus haute instance collégiale, a confirmé "officiellement et formellement" la présence du drapeau bleu étoilé dans l'hémicycle aux côtés du drapeau français. Précisant qu'il avait également vocation à être dans les autres lieux et salles de l"Assemblée". "C'est une provocation à notre provocation", analyse Clémentine Autain, députée La France insoumise et membre du bureau.

La querelle n'est pas finie: la majorité de la République en marche veut désormais "promouvoir les symboles de l'Union"

La proposition de résolution sera examinée le 27 novembre. Elle invite le gouvernement à "prendre toutes les mesures pour promouvoir" non seulement le drapeau, mais aussi l'hymne tiré de "L'Ode à la joie'" de la Neuvième symphonie de Beethoven, la devise "Unie dans la diversité'", et l'euro en tant que monnaie de l'Union, et à donner un éclat particulier à la Journée de l'Europe, le 9 mai. En marge d'un sommet à Bruxelles, Emmanuel Macron avait déjà annoncé qu'il reconnaîtrait solennellement le statut du drapeau, et que la France signerait à son tour la déclaration commune annexée au Traité de Lisbonne, déjà ratifiée par 16 pays sur 28 dont l'Allemagne, l'Italie ou la Hongrie. Stipulant que ces symboles sont ceux de l'appartenance commune des citoyens à l'UE et de leur lien avec celle-ci".

Jean-Luc Mélenchon reproche au drapeau européen d'être un emblème "confessionnel"

Son argument c'est que son prétendu créateur Arsène Heitz a dit s'être inspiré des représentations de la Vierge Marie avec le visage entouré de douze étoiles. Sauf que ce témoignage, tardif, est contesté jusqu'au Conseil de l'Europe, où le drapeau a été élaboré pendant cinq années avant d'être adopté en 1955 y compris par des pays majoritairement chrétiens mais aussi par exemple par la Turquie. Le strasbourgeois Arsène Heitz, fervent catholique certes, était agent au service du courrier et artiste peintre, il aurait participé à la conception dans la phase finale, une contribution essentiellement "technique". Pour l'Union européenne qui a repris le drapeau et l'hymne du Conseil, le cercle des douze étoiles symbolise la perfection, la plénitude, et évoque aussi bien les travaux d'Hercule, les douze mois de l'année, les fils de Jacob, que les douze apôtres, parmi lesquels évidemment... Jean et Luc.

ECOUTER AUSSI la chronique Drapeau européen, le retour du boomerang