Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

"Le FC Nantes n'est pas à vendre", assure son président, Waldemar Kita

mardi 5 mars 2019 à 10:51 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Une semaine après l'annonce de l'abandon du projet de nouveau stade à Nantes, le président du FC Nantes écrit à la maire de Nantes, Johanna Rolland. Un courrier dans lequel il assure qu'il compte mener le projet à son terme et que le club n'est pas à vendre.

"Le FC Nantes n'est pas à vendre", assure Waldemar Kita
"Le FC Nantes n'est pas à vendre", assure Waldemar Kita © Maxppp -

Nantes, France

Le président du FC Nantes, Waldemar Kita, annonce dans un communiqué avoir écrit à la maire de Nantes, Johanna Rolland, une semaine après sa décision de mettre un terme au projet de nouveau stade tel qu'il le voulait. Il y assure sa "détermination" de voir une nouvelle enceinte se construire à Nantes et,surtout, il assure que "le FC Nantes n'est pas à vendre".

Waldemar Kita veut toujours un nouveau stade

"Nous devons mener à terme le projet du nouveau stade de Nantes", voilà comment est intitulé le communiqué envoyé ce matin par le FC Nantes. Communiqué envoyé une grosse semaine après l'annonce de l'abandon du projet mené par Waldemar Kita, une décision qualifiée "d'aussi soudaine qu'inattendue".

10 millions d'euros déjà engagés

Johanna Rolland a expliqué qu'elle avait fait ce choix en raison de l'enquête pour des soupçons de fraude fiscale du président du FC Nantes. Il y répond de cette façon : "aucun mauvais prétexte ne saurait venir compromettre les années d’études préalables, les 10 millions d’investissements déjà engagés, les résolutions votées, les engagements forts pris en faveur d’un projet à destination des générations futures"

Waldemar Kita assure aussi que la rénovation de la Beaujoire n'est pas la bonne solution. "Les projets alternatifs de rénovation des infrastructures existantes, coûteuses pour les contribuables nantais, ne permettraient pas à Nantes d’accueillir de grands événements sportifs internationaux dans les conditions d’excellence que sportifs, spectateurs et téléspectateurs du monde entier, sont en droit d’attendre. Ils ne seraient pas non plus suffisants pour continuer à développer le football professionnel de haut niveau dans l’agglomération nantaise".

Un vivier considérable d'emplois

Et il met en avant des arguments économique pour défendre le projet de construction d'un nouveau stade. "Dans le contexte économique difficile, où la lutte contre le chômage et pour la maîtrise des dépenses publiques sont des préoccupations majeures, ce projet ambitieux est aussi la garantie d’un vivier considérable d’emplois directs et indirects, non seulement pendant la durée du chantier mais aussi à moyen et long terme, le tout, entièrement financé par le privé"

Mais le plus important arrive à la toute fin de ce communiqué de Waldemar Kita : " je le redis : le FC Nantes n’est pas à vendre !"