Politique

Le Finistère reste à gauche, mais avec une majorité moins large

Par Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel lundi 30 mars 2015 à 12:05

Le long des Quai à Quimper, le Conseil général devient avec cette élection Conseil départemental.
Le long des Quai à Quimper, le Conseil général devient avec cette élection Conseil départemental. © Radio France

La droite fait une poussée, mais le Finistère conserve sa majorité socialiste. Le président sortant, Pierre Maille, qui ne se représentait pas, laisse sa place à Nathalie Sarrabezolles, candidate à Guipavas. Elle prendra la tête de l’assemblée départementale jeudi, mais avec une majorité moins nette.

Les socialistes de « Finistère et solidaire » et l’union de la droite et du centre « Alliance pour le Finistère » avaient pratiquement fait jeu égal au premier tour, mais la gauche conserve finalement le département. Le Président socialiste du Conseil général Pierre Maille, qui ne se représentait pas, laisse donc sa place à Nathalie Sarrabezolles.

La gauche remporte 14 cantons sur 27, la droite arrive en tête dans 12 cantons, et à Carhaix, c’est le régionaliste Christian Troadec qui s’impose sans surprise. Une majorité moins large donc que dans la précédente assemblée départementale.

La composition de la nouvelle assemblée départementale dans le Finistère, une majorité plus serrée qu'en 2011 - Radio France
La composition de la nouvelle assemblée départementale dans le Finistère, une majorité plus serrée qu'en 2011 © Radio France - Mélodie Pépin

"Une majorité plus resserrée, c'est un devoir d'exigence" - JJ Urvoas

Le député socialiste Jean-Jacques Urvoas estime d’ailleurs qu’il ne faut pas fanfaronner, il pointe : « Une majorité plus resserrée que celle qui était sortante, ça nous donne un devoir d’exigence pour être à la hauteur de ce que les Finistériens ont souhaité nous dire ».

PAPIER WEB REDGE

Les résultats canton par canton dans le Finistère :

 

L’élection s’est notamment jouée dans les villes. Apres être passé à droite aux dernières municipales, Quimper se remet à voter à gauche, et à Brest, c’est quasiment un grand chelem pour les socialistes.

La chef de file de l’Alliance pour le Finistère, Bernadette Malgorn, est même éliminée, dans un climat de tension autour de sa candidature à Brest. Elle s’agace d’ailleurs des commentateurs qui s’attardent sur sa défaite : « N’allez pas dire que j’ai été battue, je n’ai pas battu les sortants, il ne faut pas inverser les rôles » . Les nouveaux conseillers départementaux de droite dans le Finistère doivent décider ce lundi 30 mars, de qui prendra la tête de l’opposition départementale.

"La droite manque d'un leader incontesté et incontestable" - G Menguy, Quimper 2

Mais déjà, l’ambiance est aux règlements de comptes. Le candidat déçu de la droite dans le canton de Quimper 2, Guillaume Menguy, estime qu’il a pâtit d’un mauvais choix de chef de file. Pour lui il y a un problème de leadership de la droite finistérienne. Il lâche "Tant que l'UMP ne sera pas remise en ordre de marche, ce sera compliqué pour les élections finistériennes" . Il s'en prend directement à Bernadette Malgorn, qui a perdu sur son canton brestois : "la droite manque d'un leader incontesté et incontestable".

**

La répartition des sièges dans le Finistère - Aucun(e)
La répartition des sièges dans le Finistère - Capture d'écran