Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes : le Front national croit en ses chances aux régionales

mercredi 11 novembre 2015 à 10:06 Par Aurélie Bambuck, France Bleu Gironde

Avec 20 % d'intention de votes dans les sondages, le FN se voit bien arriver en 2ème position dès le 1er tour des régionales. La tête de liste pour la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes Jacques Colombier a présenté ses 47 co-listiers.

Jacques Colombier tête de liste FN pour les régionales
Jacques Colombier tête de liste FN pour les régionales © Radio France

France Bleu Gironde : Une 2e place au soir du premier tour, vous y croyez ?

Jacques Colombier : "Je pense que c'est tout à fait possible. Moi je constate dans cette campagne une motivation de beaucoup d'électeurs, qui après avoir essayé la gauche ou la droite, même sur le plan régional, se tournent de plus en plus vers le FN. J'ai en face de moi deux listes de combinaison un peu politicienne. Celle de la droite agglomérée, républicains, UDI, Modem, qui a eu du mal à se constituer, et puis celle de gauche qui attend un peu le 2e tour pour pouvoir s'unir éventuellement à des représentants soit écologistes ou de l'extrême gauche, qui ne doivent d'ailleurs leur existence politique qu'en se raccrochant au wagon de monsieur Rousset. Nous nous avons une liste ancrée dans le réel. Une liste jeune, rénovée, une liste de gens actifs, de jeunes trentenaires, et avec des propositions extrêmement concrètes que nous mettons sur le terrain, et nous sommes de plus en plus en adéquation avec nos concitoyens. 

Vous poursuivez la stratégie de dédiabolisation du parti ?

Je crois que les gens ont des aspirations, l'emploi, la sécurité sont des facteurs importants. Les gens constatent que la droite comme la gauche ont échoué sur tous ces grands problèmes, et constatent aussi que la gestion Front national ça marche. Je rappelle que dans les 12 mairies Front national actuellement, un sondage crédite de 73,8% le contentement de nos concitoyens dans ces communes. C'est donc dire que cela peut marcher, qu'aujourd'hui il faut remettre les choses à l'endroit, le pays sur les rails. Nous demandons une baisse des impôts régionaux, que les régions ne participent pas au ras le bol fiscal des français, cela est possible, ces mairies l'ont démontré. Nous demandons aussi une police des transports car les faits divers se multiplient, bien souvent dans les transports régionaux. Nous donnons aussi, c'est notre philosophie, une priorité régionale. Il faut que la région donne la priorité à ses habitants, aussi bien pour les entreprises locales, dans les appels d'offres, ou quand elles ont une mauvaise passe, ces aides doivent être conditionnées à des clauses précises, soit il faut qu'elles embauchent des emplois locaux. Nous estimons que face aux vagues migratoires, l'argent du conseil régional ne doit pas servir pour les migrants, mais doit servir aux habitants de la région avant tout 

Pourquoi qualifier la future grande région de mastodonte administratif ?

On n'arrive même pas à lui donner un nom tellement que cette région n'est pas cohérente. C'est un mastodonte administratif qui va du Nord du Limousin à la frontière espagnole, comme à son habitude le pouvoir socialiste a imposé aux Français une nouvelle organisation de notre pays dans la précipitation, et sur ordre de Bruxelles, c'est une méga région qui coûtera beaucoup plus cher aux contribuables et surtout qui éloigne les centres de décision de nos concitoyens.

Jacques Colombier, tête de liste FN sur France Bleu Gironde