Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le Front National implose au conseil municipal d'Orléans

-
Par , , France Bleu Orléans

Il n'y a plus de groupe politique depuis qu'Arlette Fourcade a quitté le parti d'extrême droite. C'est la deuxième élue sur les 3 conseillers municipaux issus de la Liste Bleu Marine de 2014 à afficher ses divergences avec Marine Le Pen.

La salle du conseil municipal d'Orléans
La salle du conseil municipal d'Orléans © Radio France - Stéphane Barbereau

Orléans, France

2014, Le Front National réalise un score historique à Orléans, avec 10%, soit 3 élus au conseil municipal. On est encore loin des scores dans le Montargois ou le Nord de la France, mais jamais l'extrême droite n'a été aussi forte dans la ville johannique depuis l'après-guerre. Deux ans plus tard, le navire Bleu marine prend l'eau de toute part, puisque deux élus sur 3 ont quitté le parti.

Un premier départ en 2015

La dernière en date, c'est donc Arlette Fourcade. Elle se dit en désaccord avec l'évolution actuelle du parti, aussi bien au plan national que départemental. Des arguments identiques à ceux de Christophe de Bellabre, ce qui lui avait valu d'être exclu, pour un an, en novembre 2014. Il n'a jamais repris depuis sa carte du parti. Deux élus sur 3 qui ne sont plus étiquetés FN, ça veut dire que le groupe politique est dissous, de fait, ce que regrette le dernier conseiller municipal FN d'Orléans, Philippe Lecoq, tête de liste en 2014 :

Il y a toujours une déception. J'aurais quand même préféré que nous restions unis mais il n'y a pas réellement de grand changement - P. Lecoq

Le FN réagit à la démission de l'une de ses élus à Orléans

Le secrétaire départemental du parti d'extrême-droite, Charles de Gevigney, minimise lui aussi ces départs. Il rappelle qu'Arlette Fourcade et Christophe de Bellabre ont un profil d'anciens militants, adhérents historiques du FN dans les années 80 :

Les entrants sont beaucoup plus nombreux que les sortants. Le FN est en train de se renforcer du point de vue qualité, même si le mot n'est pas tout à fait adapté. Je suis très serein - C. de Gevigney

Le patron du FN loirétain se garde bien de donner le nombre de militants actuels à Orléans. Arlette Fourcade et Christophe de Bellabre envisagent de monter leur propre groupe politique au sein du conseil municipal. Fonder un groupe permet de disposer d'un local avec un téléphone, d'avoir aussi des heures de secrétariat en fonction du nombre d'élus. A Orléans, le Front National n'a jamais utilisé cette possibilité. Ironie de l'histoire, la fin du groupe FN à la mairie privera le dernier représentant du parti d'extrême-droite, Philippe Lecoq, de la tribune mensuelle dans Orléans Mag.

Choix de la station

France Bleu