Politique

Le Front national mis en examen dans l'enquête sur son financement

Par Thibaut Lehut, France Bleu mercredi 9 septembre 2015 à 18:00 Mis à jour le mercredi 9 septembre 2015 à 18:04

Les juges enquêtent sur des soupçons d'escroquerie envers l'Etat.
Les juges enquêtent sur des soupçons d'escroquerie envers l'Etat. © Max PPP

Le FN a été mis en examen, ce mercredi, dans le cadre d'une enquête portant sur son financement. Le parti est soupçonné d'avoir escroqué l'Etat, en surfacturant des kits de campagne électorale à ses propres candidats.

Le Front national a été mis en examen comme personne morale, mercredi, pour recel d'abus de biens sociaux et complicité d'escroquerie dans l'enquête sur son financement. C'est le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just qui l'a annoncé, à sa sortie du bureau du juge. Dans cette enquête, les juges soupçonnent des responsables du parti d'extrême droite, d'une entreprise amie, Riwal, et du micro-parti Jeanne, géré par des proches de Marine Le Pen, d'avoir mis en place un système de surfacturations lors des législatives de 2012 et d'avoir escroqué l'État, qui rembourse les frais de campagne.

Riwal (qui fournit le matériel de campagne) et Jeanne ont déjà été mis en examen dans ce dossier, ainsi que six personnes dont le vice-président du FN Jean-François Jalkh. Ces deux entités sont accusées d'avoir fourni aux candidats du FN des kits de campagne surfacturés, lors des élections législatives de 2012. Les coûts de campagne déclarés par ces candidats aux pouvoirs publics auraient donc été mécaniquement plus importants que leur valeur réelle, ce qui aurait permis au parti de toucher plus d'argent de la part de l'Etat.