Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le futur crématorium de Paris inquiète les habitants de Pantin et Aubervilliers

jeudi 7 juin 2018 à 3:48 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Le projet de futur crématorium parisien inquiète la banlieue. Les maires de Pantin et Aubervilliers s'opposent, en raison de la pollution, à l'installation du "parc funéraire" parisien porte de la Villette.

Le futur crématorium de la ville de Paris doit s'installer porte de la Villette tout près de Pantin et Aubervilliers.
Le futur crématorium de la ville de Paris doit s'installer porte de la Villette tout près de Pantin et Aubervilliers. © Radio France - Rémi Brancato

Aubervilliers - Pantin - Quatre Chemins, Pantin, France

Pantin et Aubervilliers ne veulent pas d'un crématorium parisien a l'entrée de leur ville. Paris veut installer son nouveau "parc funéraire" porte de la Villette, à proximité immédiate des deux villes de Seine-Saint-Denis d'ici 2021. Des habitants du quartier des quatre chemins, d'Aubervilliers et Pantin, s'y opposent et ont lancé une pétition. Les maires des deux villes ont aussi fait part de leur opposition au projet. Une réunion publique était organisée sur ce projet mercredi soir.

Des habitants opposés au projet

"Là à quelques mètres près on est à Pantin". Derrière le périphérique, Olivier Pousset, habitant du quartier des quatre chemins et membre du collectif Forceval qui a lancé la pétition montre où doit s'installer le futur crématorium. "Ici ce qui les intéresse" estime-t-il "c'est que ça ne gêne aucun parisien". 

"On va plutôt le mettre à côté des banlieusards qui ne votent pas pour la mairie de paris"

"Il y a trop de gens qui pourraient être contre un crématorium à côté de chez eux, donc on va plutôt le mettre à côté des banlieusards qui ne votent pas pour la mairie de paris : c'est vraiment une manière très méprisante de gérer les choses" ajoute-t-il.

ECOUTER - Les habitants de Pantin ne veulent pas du crématorium de Paris, porte de la Villette

Les maires de banlieue craignent un surplus de pollution

"Je suis surpris qu'Anne Hidalgo qui est très en pointe sur cette question de la pollution vienne installer ici un crématorium qui va donc dégager un peu de pollution" abonde le maire de Pantin, Bertrand Kern (PS): "et on nous annonce 700 voitures de plus par jour!" dans une zone déjà polluée.

Un projet alternatif refusé par Paris

Le maire a donc proposé un autre projet : installer le crématorium dans le cimetière parisien de Pantin, "accessible en métro" et qui appartient à la capitale. "Il y a beaucoup moins de pollution" argumente-t-il. Le maire a donc écrit à Anne Hidalgo : "on lui a fait cette proposition alternative, elle nous a dit non". 

ECOUTER - Bertrand Kern le maire de Pantin a proposé un autre projet à Anne Hidalgo

"Nous avons peu de places à l'intérieur de ce cimetière extra muros" répond Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris en charge des questions funéraires. "Nous ne souhaitons absolument pas modifier notre position" ajoute-t-elle, précisant que le projet de la porte de la Villette comportera des espaces verts et respectera les normes d’émission de gaz. La maire de Paris a promis de construire un nouvel équipement car le crématorium du Père Lachaise est surchargé.

Les maires d'Aubervilliers et Pantin ont prévu de saisir leurs conseils municipaux respectifs. Ils veulent faire adopter le principe d'une pétition qui sera signée à partir de septembre par les habitants et portée par les villes pour tenter de faire plier la maire de Paris. "Il n'y a pas eu de concertation (...) elle nous a simplement informés : ce n'est pas comme ça que je conçois les rapports entre Paris et sa banlieue" tranche Bertrand Kern.