Politique

"Le futur Président de la République va être auditionné par 700 élus" : André Laignel, vice-président de l'AMF

Par Jonathan Landais, France Bleu Berry lundi 20 mars 2017 à 17:30

ANDRÉ LAIGNEL LE MAIRE PS D'ISSOUDUN
ANDRÉ LAIGNEL LE MAIRE PS D'ISSOUDUN © Radio France - Jonathan Landais

L'Association des Maires de France fait passer un "grand oral" aux prétendants à l'Elysée ce mercredi 22 mars dans les locaux de la Maison de la Radio à Paris.

Après le premier débat télévisé de lundi entre cinq des onze candidats à la Présidentielle, l'AMF, l'Association des Maires de France s'apprête à son tour à faire passer un "grand oral" aux prétendants à l'Elysée, en partenariat avec Radio France, via l'opération #onfaitquoidemain.

Les candidats à la Présidentielle vont être auditionnés un par un, ce mercredi, à Paris, de 9h30 à 16h45, au studio 105 de la Maison de Radio France par un cortège de 700 élus venus de toute la France, soit une délégation d'élus par département.

L'animateur de franceinfo Philippe Vandel jouera le maître de cérémonie. L'académicien Erik Orsenna et le politologue Pascal Perrineau interviendront au cours de la journée pour témoigner de leur vision de "Commune du XXIème siècle". Ce face à face inédit sera retransmis en direct et en simultané sur les chaînes LCP et Public Sénat.

La France compte 524.000 élus locaux

Jusqu'ici lorsque les maires de France voulaient interpeller les candidats à la Présidentielle, ils leurs envoyaient des questionnaires, "mais bien entendu dans un questionnaire, quand le rédacteur est habile, il vous répond sans que vous ayez la possibilité de poser des questions", explique avec ironie André Laignel, le vice-Président de l'AMF.

Cette fois - et c'est une première - chaque candidat aura 30 minutes pour clarifier ses positions "sur le thème de la France des territoires" : les services publics, la ruralité, la politique des quartiers... "Les candidats seront interrogés par deux Présidents d'associations départementales de maires de gauche ou de droite, et ces derniers les pousseront dans leurs retranchements si leurs propos liminaires n'auront pas été clairs".

Nous demandons l'arrêt de la baisse des dotations

L'AMF attend surtout des candidats qu'ils prennent position sur le Manifeste qu'elle a publié : un texte de quinze propositions (voir en bas de page), parmi lesquelles la fin de la baisse des dotations au collectivités.

"Nous avons réussi pour 2017, à ce que François Hollande, devant le Congrès des Maires de France, divise par deux la baisse des dotations qui était envisagée, il a même mis un fond spécial d'investissement local de 1 milliard d'euros à disposition des collectivités pour permettre la modernisation des territoires et la relance de l'économie dans notre pays (...) aujourd'hui nous demandons l'arrêt de la baisse des dotations et qu'on nous rende des libertés d'action pour avoir la capacité de répondre aux attentes citoyennes", insiste André Laignel.

"Ce manifeste a été travaillé pendant de très nombreux mois, il est l'émanation des réflexions des élus sur le terrain, il est donc porté par un vaste courant et nous avons la conviction que quelque soit le Président de la République qui sera issu du scrutin, il devra tenir compte des positions qui sont celles des maires de France".

Si ce n'est pas le cas, l'AMF se battra pendant le quinquennat "pour que les communes de France ne soient pas les oubliées de la prochaine législature" conlut le maire d'Issoudun.

LE MANIFESTE DE L'AMF POUR LA PRÉSIDENTIELLE  - Aucun(e)
LE MANIFESTE DE L'AMF POUR LA PRÉSIDENTIELLE - ©site internet de l'AMF