Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique
Dossier : General Electric dans le Territoire de Belfort

"Le gaz a un avenir à Belfort" Jean-Pierre Chevènement s'exprime sur le conflit à General Electric

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

L'ancien ministre de l'Industrie et ancien maire de Belfort, Jean-Pierre Chevènement remettait ce vendredi les diplômes de la 30e promotion de l'ESTA, il est revenu sur son inquiétude concernant l'avenir de General Electric. Une inquiétude qu'il a partagée personnellement auprès d'Emmanuel Macron.

Jean-Pierre Chevènement, ancien maire de Belfort et ancien ministre de l'Industrie.
Jean-Pierre Chevènement, ancien maire de Belfort et ancien ministre de l'Industrie. © Maxppp - Lionel Vadam

Belfort, France

Jean-Pierre Chevènement révèle s'être entretenu personnellement avec le Président de la République sur le dossier General Electric. L'ancien ministre de l'Industrie et maire de Belfort était dans la cité du Lion ce vendredi pour remettre les diplômes de la 30e promotion de l'ESTA, il en a profité pour exprimer ses positions sur l'avenir de l'usine à Belfort. 

"Je suis intervenu auprès d'Emmanuel Macron"

"J'ai craint un moment pour la pérénité du site industriel de Belfort, confie Jean-Pierre Chevènement. J'ai profondément regretté le bradage d'Alstom, et je considère que la première version du plan [de sauvegarde de l'emploi proposé par la direction] menaçait l'activité gaz du site. Je suis intervenu auprès d'Emmanuel Macron pour lui dire combien je tenais à l'avenir du site industriel de Belfort." 

Jean-Pierre Chevènement estime que cette intervention a eu des effets dans la reprise en main des négociations avec la direction de General Electric par le ministre de l'Economie. 

"Je pense que c'est une erreur de penser que les turbines à gaz seraient condamnées sur l'autel de la transition énergétique, a poursuivi Jean-Pierre Chevènement. On ne doit pas tout sacrifier à l'idéologie des Verts qui voudraient que l'on supprime des sites industriels qui sont rentables.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu