Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le gouvernement dévoile une liste de sept entreprises soupçonnées de discrimination à l'embauche

-
Par , France Bleu

Sept entreprises, dont Renault, Air France, et Sopra Steria, sont soupçonnées de discrimination à l'embauche par le gouvernement. Une grande enquête a été menée au sein de 40 grandes entreprises françaises entre octobre 2018 et janvier 2019.

Entretien d'embauche (photo d'illustration).
Entretien d'embauche (photo d'illustration). © Maxppp - MICHAEL ESDOURRUBAILH

Accor, Altran, Rexel, Renault, Air France, Arkema et Sopra Steria... Ces sept entreprises sont soupçonnées de discrimination à l'embauche. C'est le gouvernement qui le dévoile ce jeudi 6 février, s'appuyant sur une campagne de testing réalisée au sein de 40 grandes entreprises françaises entre octobre 2018 et janvier 2019. Les résultats de cette étude, menée par une équipe de chercheurs de l'université Paris-Est-Créteil à la demande du ministère de la Ville et du Logement, mettent en évidence "une discrimination significative et robuste selon le critère de l'origine à l'encontre du candidat présumé maghrébin".

Ainsi, un candidat dont le nom a une consonance maghrébine a un pourcentage de réussite de 9,3%, alors qu'un candidat avec un nom à consonance européenne a 12,5% de chance. Un autre critère a été testé, celui du lieu de résidence des candidats. Mais pour ce dernier, "le différentiel entre candidats est moins significatif".

Le plus grand testing jamais réalisé en France sur l'emploi

Pour parvenir a ces résultats, les chercheurs ont combiné des candidatures et des demandes d'information, à la fois en réponse à des offres d'emploi ou de façon spontanée. Ils ont réalisé plus de 5.300 tests au total. Il s'agit, selon le gouvernement, du "plus grand testing jamais réalisé en France sur l'emploi".

Le "name and shame"

Le ministère du Logement et de la Ville, chargé de ce dossier, a dans un premier temps travaillé avec les entreprises fautives sans dévoiler leurs noms. Ce jeudi soir, il décide de dénoncer sept d'entre elles, pratiquant ainsi le "name and shame".

Le gouvernement reconnaît toutefois qu'"aucun enseignement par entreprise ne peut être définitivement tiré", l'étude comportant des "limites méthodologiques" : par exemple, la grande majorité des test a reposé sur l'envoi de demandes spontanées directement aux managers avec des faibles taux de réponse ou des demandes d'informations, alors que la plupart des grandes entreprises ont un système informatisé pour réceptionner les candidatures.

Dans le même temps, le gouvernement dévoile une stratégie de lutte contre les discriminations, avec par exemple la généralisation du dispositif des emplois francs à tous les territoires, en augmentant le nombre de stages de 3e en faveur des jeunes en quartier prioritaire, ou encore en favorisant le tutorat. Le gouvernement indique qu'une nouvelle campagne de testing va être lancée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess