Politique

Contrôle aux frontières, fonds supplémentaires : ce qu'il faut retenir des annonces de Valls sur l'accueil des réfugiés

Par Thibaut Lehut, France Bleu mercredi 16 septembre 2015 à 17:52

Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 16 septembre 2015.
Manuel Valls à l'Assemblée nationale, le 16 septembre 2015. - Maxppp

Manuel Valls a annoncé ce mercredi à l'Assemblée nationale une série de mesures visant à mieux gérer l'accueil des réfugiés sur le sol français. Ces dernières entraîneront la mobilisation de moyens supplémentaires, humaines et financiers.

"Il faut du cœur, bien sûr, mais un cœur intelligent, un cœur ferme, un cœur lucide", a lancé en préambule le Premier ministre à l'Assemblée nationale ce mercredi, avant que les députés n'entament leur débat sur l'accueil des réfugiés en France. "Nous devons agir en suivant des principes : humanité et solidarité, mais aussi sérieux, fermeté et maîtrise", a continué Manuel Valls, avant d'annoncer une série de décisions visant à améliorer et contrôler le flux des 24.000 réfugiés que la France a décidé d'accueillir en deux ans.

900 policiers supplémentaires

Premier élément évoqué : le contrôle de la frontière qui sépare la France de l'Allemagne, pays qui a volontairement accueilli un très grand nombre de réfugiés depuis une semaine. Manuel Valls a rappelé que des "contrôles temporaires" avaient déjà rétabli "ce printemps". "Nous n'hésiterons pas à le faire de nouveau comme les règles de Schengen le permettent à chaque fois que les circonstances l'imposent, si c'est nécessaire dans les prochains jours ou prochaines semaines", a-t-il expliqué, avant d'annoncer que 900 postes de policiers supplémentaires allaient être créés.

Ces nouveaux policiers, affectés en grande partie à la police aux frontières, auront un rôle à jouer dans la lutte contre l'immigration irrégulière. Avec un objectif chiffré : fin 2015, la France aura procédé à 16.000 éloignements forcés. Cet effort _"sans précédent" est "indispensable si nous voulons mettre en oeuvre une politique migratoire soutenable et si nous voulons préserver le droit d'asile"_.

Plus de 600 millions d'euros mobilisés d'ici fin 2017

Le gouvernement va aussi débloquer des fonds, répartis en deux enveloppes. La première contient 279 millions d'euros et sera consacrée à l'accueil des réfugiés. Ces fonds seront "mobilisés d'ici à la fin de 2016 au titre du premier accueil, de l'hébergement d'urgence, de l'aide forfaitaire aux communes", ainsi que pour renforcer les effectifs de divers organismes nationaux et de l'Education nationale. L'année suivante, en 2017, ces crédits seront portés à 334 millions d'euros. Cet argent servira notamment à aider les communes à accueillir et loger les réfugiés, ou encore à financer des cours de français et des formations professionnelles. En tout, plus de 600 millions d'euros seront consacrés à l'accueil des migrants d'ici la fin 2017.

La deuxième enveloppe contient 250 millions d'euros, et concerne elle l'hébergement d'urgence. Ces 250 millions d'euros seront mobilisés dans les douze mois à venir, dont 130 millions "dès le mois prochain".