Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Le gouvernement veut une loi durcissant les sanctions contre les "casseurs" et les manifestations non déclarées

lundi 7 janvier 2019 à 20:29 - Mis à jour le mardi 8 janvier 2019 à 7:20 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Après un samedi marqué par des affrontements entre "gilets jaunes" et forces de l'ordre, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé une loi pour durcir les sanctions contre "les casseurs" et les manifestations non déclarées sur le plateau du journal de 20H00 de TF1 ce lundi.

Édouard Philippe, lundi soir sur le plateau de TF1.
Édouard Philippe, lundi soir sur le plateau de TF1. © AFP - ERIC FEFERBERG

Le gouvernement "est favorable" à une loi durcissant les sanctions contre "les casseurs" et les manifestations non déclarées a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe sur TF1 ce lundi soir après un "acte VIII" des gilets jaunes émaillé de heurts et d'affrontements avec les forces de l'ordre samedi. 

Un fichier pour interdire les casseurs de manifester

Le chef du gouvernement a notamment mentionné la création d'un"dispositif" interdisant l'accès aux manifestations des casseurs identifiés avec la création d'un fichier dédié, à l'image de ce qui se fait pour les hooligans interdits de stade. C'était une demande du syndicat de police Alliance.

Quelques heures plus tôt, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait affirmé que le gouvernement était prêt à opposer "l'ultra fermeté" à "l'ultra violence", lors de ses vœux aux forces de l'ordre à Paris.

Les infractions d'attroupement et de dissimulation de visage mieux réprimées

Parmi les pistes évoquées : une remise à niveau des forces mobiles "pour leur permettre de mieux conduire les opérations d'interpellation" et une adaptation des techniques et des véhicules (lanceurs d'eau etc.).

Le gouvernement veut aussi revoir le cadre juridique des manifestations "pour mieux réprimer l'infraction d'attroupement ou de dissimulation illicite de visage" lors d'un rassemblement avait indiqué Christophe Castaner.

Le ministre de l'Intérieur a également évoqué une future loi d'orientation et de programmation pour la sécurité afin de "fixer la vision à long terme de notre politique de sécurité intérieure".

80.000 membres des forces de l'ordre mobilisées samedi 

80.000 membres des forces de l'ordre, dont 5.000 à Paris, seront mobilisés samedi 12 janvier a annoncé le Premier ministre. Selon le ministère de l'Intérieur, 50.000 manifestants se sont mobilisés samedi. 345 personnes ont été interpellées dans le pays et 281 ont été placées en garde à vue. 

Depuis le début de la mobilisation des "gilets jaunes", le 17 novembre, 5.600 personnes ont été placées en garde à vue et quelque 1.000 condamnations prononcées par la justice, a précisé Édouard Philippe.