Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Grand Débat National fait sa synthèse, les Ardennes ont été productives

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

La synthèse du Grand Débat National doit être faite, ce lundi, au Grand Palais à Paris, avant des débats à l'Assemblée Nationale et au Sénat cette semaine.16 000 cahiers de doléances vont être analysés. Dont 203 venus des Ardennes, et 178 de la Marne.

Cahier de doléances pour le Grand Débat National, Illustration.
Cahier de doléances pour le Grand Débat National, Illustration. © Radio France - Valérie Menut

Lundi, Mireille Higinnen-Bier, la sous-préfère de Rethel, dans les Ardennes, sera au Grand Palais de Paris. Nommé référente du Grand Débat, elle assistera à cette restitution de ses remontées, dans ce cadre prestigieux. Le travail a été conséquent : 10 000 compte-rendus de réunions locales et 16 000 cahiers de doléances. Le tout synthétisé en un document de 1 500 pages. Et si Mireille Higinnen-Bier est présente, c'est que les Ardennes, à leur échelle, ont participé activement au grand débat national. 

Deux fois moins d'habitants que la Marne, mais 25 cahiers de plus dans les Ardennes 

D'abord, avec les "cahiers citoyens", de leur nom officiel : 203 ont été noircis par les habitants de ce département. 44% des communes ardennaises en avaient ouvert un à la mairie. Dans le Grand Est, seules les Vosges et le Haut-Rhin ont fait mieux. "Les Ardennais ont des choses à dire, justifie la sous-préfète de Rethel. Ils ont le sentiment, que je ne partage pas forcément, d'être en retard sur leurs voisins, par rapport à l'emploi, par rapport à l'accès à la santé... Et du coup leur engagement était là." Résultat, les Ardennais ont rempli 25 cahiers de plus que leurs voisins de la Marne, malgré une population deux fois inférieure. "Cela tient à la composition sociologique de ces deux départements, explique Olivier Dupéron politologue et maître de conférences en droit public à l'université de Reims. Et puis surtout, à une population beaucoup plus en difficulté dans les Ardennes que dans la Marne." Tous les cahiers de doléances, des deux départements sont désormais consultables aux archives départementales des Ardennes et de la Marne. 

La Marne, on peut appeler ça un département riche

"La Marne, on peut appeler ça un département riche, confirme son représentant des maires ruraux, Thierry Barba. On a de l'emploi, on a le vignoble..." Et en effet, seules 178 des 616 communes de la Marne ont laissé des cahiers de doléances, malgré des initiatives comme celles des prisons ou des maisons d'arrêt du département. Par contre, les Marnais ont davantage participé aux réunions du grand débat. 13 ont ainsi été organisées dans la seule ville de Châlons-en-Champagne, 89 au total (contre 52 dans les Ardennes), et près de 12 000 contributions ont été enregistrées.

C'est trop long !, déplore le président des maires ruraux de France dans la Marne 

Et si, là, les Marnais ont été actifs, c'est parce que les élus ont organisé 95% des réunions, contre environ les deux tiers dans les Ardennes.  "On peut le regretter, et considérer que les syndicats et les associations ne se sont pas emparées du grand débat, reprend Thierry Barba. Mais je pense que c'est le rôle des élus que d'accompagner leur population. Et cela a permis de remettre le rôle des maires au centre du jeu". Par contre, celui qui est aussi maire de Ville-en-Tardenois n'a pas aimé le délai de ce Grand Débat : "C'est trop long !, déplore-t-il. Le gouvernement avait toutes les données en main avec les cahiers de doléances, et nous nous sommes embarqués dans trois mois de grand débat !"

Et après la restitution de lundi, le Grand débat arrivera mardi après-midi à l'Assemblée nationale, puis mercredi après-midi au Sénat avec deux débats sans vote devant les chambres. Avec une autre inconnue: la poursuite ou non dans les prochaines semaines de la mobilisation des "gilets jaunes", dont les manifestations se sont tenues, en recul, ce samedi pour la 21e fois consécutive.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu