Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le groupe dissident "Les Orléanais" obtient un poste de collaborateur aux frais de la ville

-
Par , France Bleu Orléans

Le groupe dissident "Les Orléanais" a réclamé et obtenu la création d'un poste de collaborateur : une disposition légale, mais qui pose question à 3 mois des municipales, alors que le groupe ne cesse de mettre en avant "la saine gestion de l'argent public" parmi ses valeurs.

"La saine gestion de l'argent public", au cœur de la Charte des valeurs du groupe "Les Orléanais" lors de sa création en septembre
"La saine gestion de l'argent public", au cœur de la Charte des valeurs du groupe "Les Orléanais" lors de sa création en septembre © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

Désormais à Orléans, chaque conseil municipal est suivi d'une polémique... Et celui de lundi n'a pas échappé à la règle. En cause cette fois-ci : la création d'un poste de collaborateur, réclamé et obtenu par le groupe dissident "Les Orléanais" - le groupe qui a vu le jour en septembre autour de l'ancien maire Serge Grouard, et qui depuis se livre à une guerre larvée avec le maire actuel Olivier Carré. Ce poste de collaborateur de groupe est une disposition tout à fait légale, mais sa création à 3 mois des élections municipales pose bien sûr question.

2 800 euros par mois, charges incluses...

Lors de son apparition en septembre dernier, le groupe dissident "Les Orléanais" a publié une Charte, avec ses valeurs fondatrices : "la saine gestion de l'argent public" y figure en bonne place - allusion, bien sûr, aux dépenses de voyages et d'hôtels d'Olivier Carré dans sa fonction de maire, épinglées par le Canard Enchaîné. Le groupe dissident expliquait alors qu'il n'était "évidemment pas dans son intention" de réclamer des moyens de fonctionnement - bien que la loi le lui permette : le groupe majoritaire dispose ainsi d'un poste à temps plein, le groupe PS-Verts d'un poste à mi-temps, le groupe Front de Gauche d'un poste à quart-temps, le groupe des non-inscrits (ex Front National) d'un poste à quart-temps... 

Cette position vertueuse n'est donc plus d'actualité, puisque le 28 novembre, le groupe a fait une demande pour avoir un poste de collaborateur, et la demande a été votée lundi en conseil municipal. Il en coûtera à la ville d'Orléans environ 2 800 euros par mois, charges incluses, pendant trois mois.

... compensés par la suppression de postes d'adjoints ?

Avec cette délibération, le groupe majoritaire a bu du petit lait : "Le groupe Les Orléanais a été créé au mois de septembre, et aujourd'hui on nous explique qu'il a urgence à statuer sur le sujet, a ainsi ironisé Olivier Geffroy, l'adjoint au maire en charge de la sécurité. Ce même groupe appelle à la grande sobriété en matière de dépenses de fonctionnement et là, on nous annonce qu'il faut absolument, toutes affaires cessantes, créer un poste alors qu'il ne reste que 2 conseils municipaux.. Et on se demande bien ce que va pouvoir faire ce chargé de mission, à trois mois des élections municipales."

Florent Montillot, qui s'est exprimé au nom du groupe "Les Orléanais" a trouvé "les propos de Monsieur Geffroy un peu décalés" : "Je pense que depuis le mois de novembre, la ville d'Orléans fait une économie en dépense de fonctionnement, et vous risquez d'avoir d'autres économies dans les semaines à venir..." L'économie en question, c'est le poste d'adjoint dont a été déchu Florent Montillot et qui n'a pas été remplacé ; la réponse laisse entendre que d'autres adjoints proches de Serge Grouard pourraient bientôt démissionner (Michel Martin ? Jean-Pierre Gabelle ?)

Le groupe majoritaire et l'opposition se sont abstenus, seuls les membres du groupe "Les Orléanais" ont voté pour - à l'exception de Serge Grouard, qui bizarrement, s'est absenté lors du vote pour téléphoner... Reste, effectivement, la question de savoir à quoi va servir ce poste, sachant qu'il est interdit de l'utiliser pour participer à la campagne électorale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu