Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Le journaliste Bruno Roger-Petit est nommé porte-parole de l'Élysée

mardi 29 août 2017 à 10:31 - Mis à jour le mardi 29 août 2017 à 12:35 Par Thibaut Lehut, France Bleu

Bruno Roger-Petit rejoint l'Élysée en tant que porte-parole, a annoncé ce mardi la présidence de la République. Le journaliste devient porte-parole.

Bruno Roger-Petit en 2003.
Bruno Roger-Petit en 2003. © AFP - Daniel Janin

Le journaliste Bruno Roger-Petit (54 ans) a été nommé porte-parole de l'Élysée, annonce la présidence de la République ce mardi. Il "aura pour mission de relayer la parole publique de l'Elysée, et utilisera pour ce faire tous les moyens à sa disposition, notamment le compte Twitter de la Présidence", a expliqué l'Élysée. Cette nomination prendra effet le 1er septembre.

Le dernier Président à avoir utilisé un porte-parole à l'Élysée est Nicolas Sarkozy, entre mai 2007 et mars 2008. Il s'agissait de David Martinon. Ce dernier a d'ailleurs souhaité bonne chance à Bruno Roger-Petit.

Une attitude contestée pendant la campagne

Ancien journaliste à France Télévisions, Bruno Roger-Petit était chroniqueur sur le site web de Challenges et de l'Obs, notamment. Sitôt sa nomination annoncée, son compte Twitter personnel a été fermé.

Bruno Roger-Petit a figuré parmi les invités d'Emmanuel Macron à la soirée de La Rotonde où le candidat et ses proches avaient fêté sa victoire au premier tour, le 23 avril. Au mois de mars, il avait aussi publié un livre au vitriol contre François Fillon intitulé "Le pire d'entre nous". La proximité supposée de l'éditorialiste avec le leader d'En Marche ! avait suscité en mars, durant la campagne présidentielle, la protestation de la Société des journalistes (SDJ) de l'hebdomadaire Challenges qui dénonçait "la fréquence bien plus élevée" des publications "pro-Macron/défavorables à ses adversaires" sur son site internet qui "annihile totalement la tentative de rééquilibrage".