Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Garde à vue levée pour le maire d'Ajaccio et cinq autres personnes

-
Par , , France Bleu RCFM, France Bleu
Ajaccio, France

Laurent Marcangeli, son premier adjoint et quatre autres personnes ont été placés en garde à vue mercredi 14 mars à Ajaccio dans le cadre d'un dossier du pôle économique et financier de Bastia. Ils ont été remis en liberté et aucune charge n'a été retenue contre eux.

Laurent Marcangeli
Laurent Marcangeli © Radio France

Le maire d'Ajaccio et les cinq autres personnes placées en garde à vue depuis mercredi matin ont été libérés en milieu d'après-midi, ce jeudi 15 mars, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux.  Laurent Marcangeli, son premier adjoint Stéphane Sbaraggia, le directeur général des services de la ville Pierre-Paul Rossini, ainsi que trois personnes membres d'une association d'aide aux handicapés et aux personnes âgées étaient également entendues.  

Ces gardes à vue intervenaient sous commission rogatoire du juge, d'instruction Thomas Meindl, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en juin 2016 par le pôle économique et financier de Bastia, sur une affaire de détournements de fonds publics et de faux et usages de faux dans le cadre des contrats aidés de Pôle Emploi. 

Cette garde à vue a fait l'objet d'une fuite dans la presse et sur les réseaux sociaux

Pour Me Paul Sollacaro, conseil du maire d'Ajaccio, tout s'est en fait passé comme prévu. "C'est une convocation qui remonte à plus d'un mois, indique l'avocat. Laurent Marcangeli avait pris contact avec les services enquêteurs qui lui avaient laissé entendre que ce ne serait pas une mesure d'audition de témoin ou d'audition libre. Nous nous sommes rendus de manière tout à fait sereine hier aux services de la DRPJ (direction régionale de la police judiciaire) d'Ajaccio. Effectivement, un certain nombres de questions a été posé. Visiblement, les réponses ont été satisfaisantes, puisque la garde à vue a été levée aujourd'hui sans qu'aucune charge ne soit retenue à son encontre. En revanche, ce que nous regrettons, c'est cet incident lié à la confidentialité de cette garde à vue. On nous avait garanti qu'elle resterait secrète et confidentielle, mais elle a fait l'objet d'une fuite dans la presse et sur les réseaux sociaux. J'ai été personnellement chargé par le maire d'Ajaccio de tirer cette affaire au clair."

Me Paul Sollacaro, avocat du maire d'Ajaccio Laurent Marcangeli

En juin 2016, dans une première partie de ce dossier, des perquisitions avaient déjà été menées, notamment à la mairie d'Ajaccio, et trois personnes avaient été mises en examen, dont l'ancien directeur de Pôle Emploi qui avait ensuite rejoint le cabinet du marie d'Ajaccio après son élection en 2014

Choix de la station

À venir dansDanssecondess