Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Belfort: polémique autour de la permanence de Damien Meslot

lundi 12 février 2018 à 10:37 Par Soline Demestre et Emilie Pou, France Bleu Belfort-Montbéliard

La permanence de Damien Meslot pose question aux élus de l'opposition. Le maire de Belfort est propriétaire de son local et le loue à plusieurs autres élus Les Républicains. Il touche trois loyers. L'opposition dénonce un mélange des genres entre argent privé et public.

Damien Meslot, Florian Bouquet et Cédric Perrin lors de l'élection de Florian Bouquet à la tête du Conseil Départemental
Damien Meslot, Florian Bouquet et Cédric Perrin lors de l'élection de Florian Bouquet à la tête du Conseil Départemental © Maxppp - /NCY

Belfort, France

Les élus de l'opposition de la ville de Belfort et du Conseil Départemental demandent de la transparence. Au cœur de la polémique : la permanence du maire de Belfort. Le local, situé au 4 rue Clemenceau, appartient à Damien Meslot. Il s'en sert pour y assurer sa propre permanence en tant que maire mais il le loue aussi au député Ian Boucard, au sénateur Cédric Perrin et aux élus Les Républicains du Département pour qu'ils y tiennent eux aussi leur permanence, en échange de quoi le maire touche trois loyers à titre privé. Les élus d'opposition y voient un mélange des genres entre argent public et privé.  Ils ont interpellé le président du conseil départemental lors de la dernière séance plénière.

Un mélange des genres entre argent public et privé selon l'opposition

Samia Jaber l'élue socialiste et Christophe Grudler l'élu Modem ont demandé au président Florian Bouquet s'il continuait de payer un bail à Damien Meslot pour que les élus LR du département puisse utiliser la permanence de la rue Clemenceau. La réponse a été oui. Ce qui est illégal pour Christophe Grudler qui en a d'ailleurs informé la chambre régionale des comptes. En fait, ce qui interpelle les élus de l'opposition du département et de la mairie de Belfort c'est que Damien Meslot, en tant que propriétaire privé du local de la rue Clemenceau, perçoive plusieurs loyers, de l'argent public puisque ces loyers sont payés par des élus pour leur permanence. Pour ces élus d'opposition, il s'agit là d'un mélange des genres qui, s'il n'est pas illégal, est tout du moins immoral.

Damien Meslot dément tout enrichissement personnel

Damien Meslot admet, lui, qu'il y a bien trois baux différents et qu'il perçoit bien trois loyers, celui du député Ian Boucard, celui du sénateur Cédric Perrin et celui du département. En revanche, il assure ne rien recevoir de la part de la mairie pour les rendez-vous qu'il organise en tant que maire rue Clemenceau. Même s'il refuse de communiquer les montants des loyers, il dément tout enrichissement personnel avec de l'argent public. C'est une question pratique, dit-il, avec des loyers bien plus bas que les prix du marché. Selon Damien Meslot, cela coûterait beaucoup plus cher au contribuable si les élus LR devaient payer des loyers ailleurs. Il dénonce une polémique nauséabonde purement politicienne destinée à le salir et promet de léguer à sa mort son local de la rue Clemenceau à la Ville de Belfort.

Les élus de l'opposition comptent interpeller directement Damien Meslot ce mercredi lors du conseil municipal.