Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de Blois refuse de participer à la visite de la ministre de l'Enseignement supérieur

Le maire socialiste de Blois ne sera pas présent ce mardi, lors de la venue de Frédérique Vidal dans sa ville. Marc Gricourt regrette d'avoir été prévenu trop tard et dénonce surtout les propos de la ministre de l'Enseignement supérieur sur l'islamo-gauchisme. Elle vient rencontrer des étudiants.

Frédérique VIDAL, ministre de l'enseignement supérieur, le 5 mars 2021
Frédérique VIDAL, ministre de l'enseignement supérieur, le 5 mars 2021 © Maxppp - Dylan Meiffret

Marc Gricourt persiste et signe : le maire de Blois indique ce lundi à France Bleu qu'il ne viendra pas à la rencontre de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal qui se déplace dans le chef-lieu du Loir-et-Cher ce mardi.

Le maire de Blois prévenu trop tard...

L'élu socialiste, également premier vice-président de la Région Centre-Val de Loire, regrette d'avoir été prévenu trop tardivement ("20h avant") de cette visite ministérielle à Blois : "il est difficile pour le président de l'Agglo et moi-même de bouger nos agendas. On nous demande de respecter le protocole républicain mais ça ne marche que dans un sens."

... Et dénonce les récentes prises de position de la ministre

Mais il y a aussi (et surtout ?) une autre raison : le 25 février dernier, le maire de Blois avait dénoncé les déclarations de Frédérique Vidal sur l'islamo-gauchisme à l'université, qualifiées de "nauséabondes et au doux relent d'extrême-droite", et annoncé le boycott de sa venue à Blois prévue le 26 février, et finalement reportée. "La ministre n'est pas revenue sur ses déclarations, rien n'a bougé de son côté, donc même position du nôtre!", explique Marc Gricourt. A l'époque, selon la Nouvelle-République, le cabinet de Frédérique Vidal avait jugé l'attitude de l'élu "non républicaine".

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La ministre de l'Enseignement supérieur se rendra d'abord ce mardi matin à l'Institut de formation en soins infirmiers (IFSI), puis rencontrera des étudiants sur le site du centre de formation d'incendie et de secours, toujours à Blois. Elle veut "répondre à leurs inquiétudes et revenir sur les conditions d’enseignement" depuis le début de l'épidémie de Covid-19 "et sur les nombreuses mesures d’accompagnement social mises en place"

A Blois, Frédérique Vidal veut par ailleurs "saluer l'engagement des étudiants en santé depuis le début de la crise sanitaire à l’occasion  de leurs stages tant pour les soins que pour les tests et maintenant pour la vaccination."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess